Complémentaires santé...

Publié le par ottolilienthal

 

Réquisitoire implacable, écrit sans effet de style, « Complémentaires santé, le scandale ! » va changer la vision que vous pouviez avoir de votre mutuelle

 

 

On va faire court : opacité, gabegie, inutilité. Les trois se nourrissant mutuellement.

 

Mais c’est bien l’opacité qui est au début de tout le processus. Opacité pour les assurés. Il vous est impossible aujourd’hui, véritablement impossible, si vous n’êtes pas un expert des systèmes de soin, de savoir exactement ce que vous payez quand vous souscrivez une complémentaire santé. Partant de là, il est impossible, véritablement impossible, de comparer les différents contrats (de toutes façons, beaucoup d’entre vous n’ont pas le choix, la mutuelle est imposé par l’entreprise, dans des conditions contractuelles que vous ne connaissez pas)

 

Or c’est dommage, car si on savait, on tomberait de haut « les organismes complémentaires connaissant le profil de consommation par tranche d’âge, elles peuvent intégrer et promouvoir des garanties qui ne seront quasiment jamais consommées », écrit Frédéric Bizard. Sur les calculs qu’il a réalisé, calculs implacables, très peu d’entre nous ont en fait intérêt à souscrire une complémentaire santé. Et pourtant on va les généraliser et les rendre obligatoires.

 

« oui, mais les mutuelles seront là en cas de coup dur ! »

 

-non, répond l’auteur, en cas de réel coup dur, c’est la sécurité sociale qui vous prendra en charge à 100%. C’est elle qui paiera votre cancer, pas la mutuelle

 

« oui, mais pour l’optique, le dentaire, elles sont indispensables ! »

 

-non, elles remboursent en fait très mal. Tout compte fait, vous leur donnez beaucoup plus que ce que vous recevez

 

Et c’est dans le confort de l’ignorance que prospère la gabegie financière. Le chiffre le plus invraisemblable est le suivant : les frais de gestion des complémentaires santé sont 5 fois supérieurs à ceux de la sécurité sociale. Oui, vous avez bien lu. Le privé (assureurs), paritaire (mutuelles) fait 5 fois moins bien en matière d’efficacité de gestion, que l’assurance maladie. Et si vous retirez les frais marketing, c’est encore 3 fois plus !

 

« les organismes complémentaires ont collecté 33,1 miliards d’euros de cotisation en 2010 et ont remboursé les assurés à hauteur de 25 mds d’euros » , 8 milliards pour la seule gestion des contrats ?? Chiffre incroyable, qui trahit, à lui seul, le système de rente dont nous sommes les seuls payeurs.

 

« enfin, les baisses de tarifs intervenus sur certains actes ces dernières années se sont traduites par des millions d’euros d’économie pour les complémentaires santé (…) sans compter la baisse récurrente des prix des médicaments », sans que jamais ces économies ne soient rendues aux souscripteurs.

 

J’arrête là, mais vous comprenez bien que l’on pourrait continuer ainsi à égrener les exemples et les démonstrations que donne Frédéric Bizard. Il va bien falloir le faire : « le secteur privé de l’assurance santé, jusqu’ici limité à un rôle de payeur complémentaire, se voit confier un rôle structurant dans le fonctionnement de notre système de santé » écrit-il. Il est donc temps d’y voir clair et d’y réfléchir.

 

Complémentaires santé, le scandale ! Frédéric Bizard (Dunod)

 

Stéphane Soumier

Animateur | Blogueur

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article