BHL, ou comment se rendre ridicule pour la postérité.

Publié le par ottolilienthal

 

 

 



Quel est le rêve caché de Bernard-Henri Lévy ? D’être un deuxième André Malraux, c’est-à-dire à la fois écrivain/penseur et combattant ( notamment pendant la guerre civile espagnole, comme l’ont immortalisé pour la postérité d’innombrables photos, cliquer ICI)

On peut sans doute déceler une fascination identique pour le même modèle chez bien d’autres, notamment Régis Debray.

Seulement, voilà le hic : pour être à la fois écrivain/penseur et combattant, il faut écrire et penser, ce que BHL ne manque pas de faire, mais aussi combattre (comme Régis Debray dans la guérilla bolivienne)...mais, ça, BHL, ce n’est pas tellement son truc.

Alors, faute de combattre, BHL est devenu spécialiste des photos truquées censées prouver ses valeureux combats...ce qui l’installera, pour la postérité, dans le ridicule achevé ; BHL, c’ est le type qui va sur tous les lieux de combat, se fait photographier, puis s’en retourne aussitôt : il ne faudrait pas risquer d’ être victime d’une balle perdue...

Cette galerie de photos truquées destinée à se bâtir une légende mérite qu’on s’y attarde , car les occasions de rigoler sont rares, de nos jours.

Il y a cette photo de Libye, que j’ai choisie pour illustrer cet article, mais je vous invite à en lire l’analyse en cliquant ICI .

Il y a celle, assez comique, d’ Afghanistan, vêtu pour l’occasion d’un turban fort seyant (acheté chez Hermès à Paris ?), que l’on découvre en cliquant ICI.

Mais la plus belle restera sans doute celle de la mise en scène attestant de son héroïsme à Sarajevo : sous les balles des snipers qu'on croit presque entendre siffler de tous les côtés, BHL, derrière l’abri dérisoire d’un simple mur, ne cesse de penser et de livrer ses analyses au journaliste qui lui tend le micro : encore plus fort que Malraux, qui combattait d’abord et écrivait ensuite !

Hélas ! « Le Canard Enchaîné » a révélé le montage, en découvrant la même photo sous un autre angle : derrière ce mur, abri si précaire, on voit deux bonshommes qui vaquent tranquillement à leurs occupations ( ou qui cherchent un bistrot pour boire un coup, allez savoir) ; c’est la deuxième photo que l’on voit en cliquant ICI , et cela mérite vraiment le clic (d'autant que la première n'est pas mal non plus)!

Il ne fallait certes pas s’attendre à autre chose de quelqu’un victime du fameux canular Botul (cliquer ICI ), c’est-à-dire citant un philosophe qui n’a jamais existé, et démontrant ainsi qu’il cite des auteurs qu’il n’a pas lus, ce que n ‘importe lequel d’entre nous peut faire en surfant sur internet.

Mais on aura rarement vu quelqu’un sculptant, pour la postérité, et avec une telle constance, une image de lui-même qui en fera à jamais le symbole du ridicule.

 

Elie Arié

 

http://www.marianne.net/elie-pense/BHL-ou-comment-se-rendre-ridicule-pour-la-posterite_a364.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article