Alliot-Marie, des sous, des sous..

Publié le par ottolilienthal

Tête de liste UMP dans le Grand Sud-Ouest aux européennes, la revenante Alliot-Marie qui se prépare une fin de carrière paisible à Bruxelles, a juré qu'elle n'allait pas au parlement européen pour une question d'argent. Avec 11.000 euros par mois, MAM se préparerait presque des fins de mois difficiles.

MAM : "je vais perdre de l'argent au Parlement européen" - L'invité d'Olivier Galzi

Très discrète sur la scène politique depuis son départ du ministère des Affaires étrangères pour cause de trajets en jets privés trop fréquents avec des proches de l’ancien dictateur Ben Ali, Michèle Alliot Marie était quelque peu sortie de notre champ de vision politique. Pour son grand retour sur le devant de la scène, la revenante nous la joue sur le mode « Cosette au Parlement européen ».

Sitôt investie comme tête de liste dans la circonscription du Grand Sud-Ouest pour les prochaines élections européennes, MAM a fait sa première boulette en tentant de convaincre son interlocuteur sur iTélé que le parlement européen ne serait ni sa maison de retraite dorée et encore moins un abri pour vedette politique nationale écartée par la cruauté du suffrage universel.

Pour preuve, MAM consent un sacrifice en prenant le chemin de Bruxelles : « Très honnêtement, ce que je fais aujourd’hui me rapporte beaucoup plus d’argent … je vais perdre de l’argent en allant au Parlement européen. Je ne le fais pas pour l’argent ! » s’est-elle exclamée sans que la question ne lui soit posée ce qui en dit long sur la période de « vaches maigres » que s’apprête à affronter l’ancienne cheftaine du RPR, qui anticipe des fins de mois difficiles.

Pourtant le parlement européen n’est pas la moins généreuse des institutions politiques, considérées même comme un « jackpot financier » dans le milieu : 6 200 euros net mensuel, 304 euros par jour de présence, 4 300 euros par mois de frais forfaitaires et 22 000 euros pour les rémunérations de leurs assistants. Sans compter le remboursement de tous les frais de voyage.

Une bricole pour MAM qui vit sur la bête publique depuis 30 ans et perçoit des retraites pour ses fonctions de députée française, de députée européenne (un poste qu’elle a occupé en 1989), et toutes ses anciennes fonctions ministérielles.

Régis Soubrouillard - Marianne

Commenter cet article