Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Comment on a interdit aux enfants de marcher

Publié le par ottolilienthal

Manque d'activité physique des enfants: «On va créer une génération de cardiaques»

SPORT La Fédération française de cardiologie tire la sonnette d’alarme…

 

Un enfant sur deux ne bouge pas assez en France. La Fédération française de cardiologie (FFC), première association de lutte contre les maladies cardio-vasculaires, sonne le tocsin et rappelle que pour être en bonne santé, les enfants doivent pratiquer chaque jour une heure d’activité physique. Un message martelé à l’occasion des Parcours du cœur, organisés dans 800 villes jusqu’au 14 mai, pour encourager les Français, notamment les plus jeunes, à pratiquer des activités physiques. La Pr Claire Mounier-Vehier, cardiologue et présidente de la Fédération française de cardiologie, explique à 20 Minutes les risques que fait peser le manque d’activité sur la santé des enfants et les solutions pour inverser cette tendance.

Comment expliquer que les enfants d’aujourd’hui soient moins actifs que ceux de la génération précédente ?

C’est un phénomène culturel, qui a entraîné une modification progressive des comportements, surtout ces vingt dernières années : les enfants mangent plus, et plus mal, avec une alimentation plus riche en gras, en sel et en sucre, et ils se dépensent moins. Une étude parue ces derniers jours dans le British Medicine Journal montre d’ailleurs que la sédentarité apparaît très tôt chez les enfants, dès l’âge de 7 ans – rares sont ceux qui vont à l’école à pied –, et elle est notamment renforcée par la surconsommation d’écrans : les enfants passent en moyenne trois heures par jour devant des écrans, et jusqu’à six heures le week-end pour les adolescents.

Or, ce comportement sédentaire s’accentue précisément à l’adolescence : alors que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande aux 5-17 ans de pratiquer une heure d’activité physique par jour, un peu moins de la moitié des enfants pratiquent des jeux de plein air en France. Et à 15 ans, seuls 14 % des garçons et 6 % des filles font du sport chaque jour, selon des chiffres de l’OCDE. Résultat : la moitié des adolescents ne bougent que pendant les cours d’éducation physique et sportive (EPS).

Quelles sont les conséquences à long terme de ce défaut d’activité physique sur la santé des enfants ?

Il y a tout d’abord des conséquences immédiates. On observe d’ores et déjà chez les enfants d’aujourd’hui une baisse des capacités physiques à l’effort, par rapport à la génération précédente. Entre il y a quarante ans et aujourd’hui, les enfants ont perdu 25 % de leurs capacités cardiovasculaires. Seuls 10 % des enfants ont conservé les mêmes capacités que leurs aînés, or l’endurance à l’effort se travaille dès l’enfance. Désormais, un enfant sur cinq en France est touché par l’obésité, et outre le problème de prise de poids, l’hypertension chez les jeunes, qui n’existait quasiment pas auparavant, est de plus en plus fréquente.

A moyen terme, les jeunes perdront toute habitude de bouger, et si personne ne rectifie le tir, leurs artères vieilliront plus vite, ce qui risque de créer une génération de futurs cardiaques hypertendus, particulièrement exposée aux risques cardiovasculaires.

Comment y remédier ?

Par l’éducation. Lorsqu’ils sont sensibilisés à cette problématique, les enfants sont très réceptifs et sont de formidables vecteurs de ces bonnes pratiques, qu’ils rapportent à la maison. Cela relance les bons comportements au sein des familles. Il faut leur redonner le goût de bouger en famille, de faire du sport en groupe, ce qui est bon tant pour la santé physique que pour le moral. A la différence des écrans, dont la surconsommation multiplie à long terme les risques de dépression et d’addiction au tabac et à la malbouffe.

C’est la vocation des Parcours du cœur, qui pousse de manière ludique parents et enfants à bouger. Mais aussi de notre spot vidéo, intitulé « Laissez les tomber ». Un clip drôle fait pour les enfants, et qui au passage apprend aux parents que tomber de vélo est moins grave pour la santé de leurs enfants que le manque d’activité physique.

 

Comment on a interdit aux enfants de marcher

 

Les jeunes enfants ne se déplacent presque plus à pied. Une tendance inquiétante qui en dit long sur la tristesse de nos rues.

Choisissez, au hasard, un film qui montre une sortie d’école primaire. Si l’extrait est tourné dans les années 1950 ou 1960 – nous avons fait le test avec Mon Oncle ou la Guerre des boutons – alors vous verrez la majorité des enfants quitter l’école à pied. Mais plus le film est récent, plus la probabilité que l’écolier reparte en voiture est grande. Si vous n’avez pas envie de fouiller votre cinémathèque, jetez donc un œil dans la rue : la quasi-totalité des écoliers ne sont plus piétons mais passagers.

Les – trop rares – études consacrées au sujet confirment que les enfants marchent de moins en moins. Une enquête menée en Languedoc-Roussillon en 2008 et publiée par le CGDD (Commissariat général au développement durable) estimait que « 70% de tous les déplacements des enfants de 6 à 14 ans sont effectués en voiture ». Une autre enquête publiée par le Certu (Centre d’études sur les réseaux, les transports, l’urbanisme et les constructions publiques) en 2007 sur les trajets vers l’école primaire à Lille et à Lyon montrait que, même dans les grandes métropoles, les enfants vont de plus en plus souvent et majoritairement à l’école en voiture-passager (voir schéma ci-dessous) :

De plus en plus d’obstacles

Pourquoi marchent-ils si peu ? Parce qu’on leur interdit ! Le médecin britannique William Bird l’a montré en suivant une famille, la famille Thomas, qui vit et marche depuis quatre générations dans la même ville de Sheffield, dans le nord de l’Angleterre. En 2007, il a publié une carte sur laquelle on peut voir le rayon des déplacements autorisés à l’âge de 8 ans se réduire au fil des quatre générations.

En 2007, le jeune Ed Thomas avait le droit, à huit ans, d’aller seul au bout de sa rue à moins de 300 mètres de sa maison, sa mère Vicky avait, en 1979, le droit d’aller seule à la piscine à 800 mètres de chez elle, son grand-père Jack pouvait, en 1950, aller au bois à plus d’1,5 km de chez lui et enfin son arrière-grand-père George en 1919 était autorisé à aller pêcher à près de 10 km de chez lui.

« Les jeunes enfants n’ont bien sûr pas l’interdiction de marcher, mais ils font face à beaucoup d’interdictions dans la rue. Ils ont tous des limites spatiales à ne pas franchir autour de leur logement. Ça peut être un arbre ou une maison qui a été désignée par les parents. C’est souvent très restreint. En général, avant le CM2, les enfants n’ont pas le droit de traverser leur rue », décrypte l’anthropologue et urbaniste Pascale Legué qui a mené plusieurs enquêtes sur ce sujet en France depuis le début des années 1990, notamment en accompagnant les jeunes enfants dans leurs déplacements.

La faute à la voiture

Depuis quand ces interdits se sont-ils multipliés ? La chercheuse cite les travaux de l’historien Philippe Ariès, qui montrent que l’enfant a commencé peu à peu à perdre son rôle social dans la ville au XIXe siècle [1]. Mais, précise-t-elle, c’est au milieu du XXe siècle que démarre « l’abandon de la rue par les enfants ». « L’enfant qui court ou qui joue dans les rues a disparu de nos imaginaires sur la ville, sa place est maintenant dans des espaces réservés, les parcs, les aires de jeux ou au bas des immeubles », note la chercheuse. La faute, selon elle, principalement à la voiture et aux urbanistes qui « ont conçu la ville pour les adultes motorisés ». Le jeune enfant étant moins capable d’interpréter et de réagir face à la vitesse d’une voiture, on lui a tout simplement retiré son droit de cité, comme le montrent les schémas ci-dessous :

[2]

Mylène Coulais, 56 ans, dont la famille vit depuis 4 générations à Chauray, dans la grande périphérie de Niort (Deux-Sèvres), a bien voulu se pencher pour nous sur l’histoire de la marche dans sa famille. « Ma grand-mère est née en 1916. Quand elle était toute jeune enfant, elle allait au lavoir à pied à 500 mètres de chez elle, et un peu plus tard à pied dans le village d’à côté à 5 ou 6 kilomètres de là. Mes parents n’allaient pas si loin à pied mais ils allaient seuls à l’école, en rejoignant les autres enfants sur le trajet. Moi aussi j’y allais seule et je rentrais à pied le midi, ça faisait beaucoup de marche », se souvient-elle.

« Quand ma fille Emilie a été en âge d’aller à l’école, celle-ci avait changé de place parce que le village avait beaucoup grossi. Quand j’étais petite on était 500 habitants dans le village, maintenant on est 5000 dont beaucoup de gens qui travaillent à Niort. La municipalité a aussi mis en place un réseau de bus gratuit pour l’école donc mes enfants y sont allés en bus ou en voiture. Mais, même en dehors du trajet pour l’école, c’est vrai que les enfants ont arrêté de marcher. Avant on allait au sport à pied maintenant on les y conduit. On les laissait aller faire des courses à l’épicerie mais maintenant ça ne se ferait plus, d’ailleurs il n’y a plus d’épicerie, on va au supermarché. Par contre on a commencé à créer un réseau Pédibus pour que les parents accompagnent les enfants à l’école à pied. »

Quel rapport au monde pour les enfants ?

Ces changements ont des conséquences importantes pour les enfants. Déjà, on constate qu’ils sont moins endurants qu’il y a 30 ans : leurs capacités physiques ont régressé de 2% par décennie. Or les spécialistes en conviennent : une pratique prolongée et quotidienne de la marche pourrait suffire à enrayer ce déclin.

L’architecte Sabine Chardonnet-Darmaillacq s’inquiète également : « Quelle est la représentation de ce que c’est qu’être dehors et de ce qu’est la rue quand on a nous a interdit d’y marcher toute notre enfance ? C’est le rapport au monde des enfants qui est transformé. » Pour leur rendre le droit de marcher, l’urbaniste Thierry Paquot propose d’interdire la circulation des voitures autour des écoles 15 minutes avant et après l’entrée et la sortie des élèves.

L’urbaniste Pascale Legué propose également de repenser le devant des écoles : ces endroits où « on a mis des barrières pour éloigner les enfants de l’endroit prévu pour se garer ». Elle cite, sans la nommer, l’exemple d’une commune de Vendée qui a envisagé un temps de transformer la large aire devant ses deux écoles mitoyennes en un espace totalement piéton. Elle y a renoncé, face à l’opposition parentale. « L’espace devant les écoles pourrait devenir un espace d’échange et de jeu, on pourrait aussi implanter des jardins et en faire un lieu de vie pour toutes les générations. Au lieu de ça on pense tout pour la voiture et on cantonne ensuite chacun dans ses espaces réservés », déplore-t-elle. Les pas perdus des jeunes enfants sont décidément un très beau miroir de nos villes.

Merci à Eric Chtourbine (RR&A), Léa Marzloff (Chronos) et Danièle Vulliet (Cerema) pour leur aide dans la réalisation de cet article.

 

rappel :

 

Commenter cet article