sectes niouzes

Publié le par ottolilienthal

 

La campagne de prévention contre les dérives sectaires dans le domaine de la santé a été lancée cette semaine, alors qu'en France près de 4.000 psychothérapeutes exerceraient sans diplôme...

 

Musicothérapeutes sans aucun diplôme, psychothérapeutes ou naturopathes autoproclamés, associations vantant les pratiques expérimentales, le jus de fruit ou une méthode d’imposition des mains comme le reiki pour vaincre le cancer... Ces charlatans, voire «nouveaux gourous», représentent un réel danger pour la santé des malades qui sont de plus en plus nombreux à y recourir.

>> A lire ici: Quels sont les sites fiables pour l'information sur la santé?

C'est dans ce contexte que le Centre contre les manipulations mentales (CCMM) a lancé cette semaine sa campagne de prévention contre les dérives sectaires dans le domaine de la santé. Une campagne au message choc («Danger ! Attention aux traitements médicaux et aux faux thérapeutes»), réalisée en partenariat avec la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) et le ministère de la Santé.

Grâce au Web et aux scandales sanitaires

Et comme, selon le CCMM, «les patients en souffrance sont des proies faciles», 60 % de ces malades atteints d'un cancer se seraient déjà tournés vers ces pratiques sectaires et leurs thérapies loufoques (chiffre Miviludes). Sans compter que les psychothérapeutes autoproclamés, n'ayant reçu aucune formation et ne figurant sur aucun registre officiel, seraient plus de 4.000 en France.

Des officines sectaires qui pullulent notamment grâce au Web, là où les patients en rupture cherchent forcément des réponses. Comment expliquer le grand pouvoir de ces charlatans? En partie, par les récents scandales sanitaires qui ont éreinté la crédibilité du secteur de la santé.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article