Devine qui vient dîner ?

Publié le par ottolilienthal

 

Un site de dîners à thème connaît un succès fou en Corée du Sud. Il permet à des personnes ayant un centre d’intérêt particulier d’échanger avec des inconnus le temps d’un repas.

 

 

Jipbap (Repas-maison, en coréen) est une plateforme numérique qui permet à ceux qui ont un centre d’intérêt commun de se rencontrer autour d’une table pour des dîners en société. Sa fondatrice, Pak In, bénéficiait d’un emploi stable dans une entreprise assez connue et d’un salaire tout à fait honorable. Elle a fini par quitter tout cela car, selon ses mots, elle ne se sentait pas heureuse.

La jeune femme a créé son site, Jipbap, en mars 2013, avant tout pour répondre à un besoin personnel. Devenue chômeuse, elle se sentait seule. Les contacts humains lui manquaient. Elle assistait aux “talk-concerts”, à la mode à l’époque, sortes de conférences animées par des célébrités (et requérant une participation active du public), mais les histoires de ces célébrités à la vie agréable ne lui apportaient aucune aide. Elle commençait à douter des capacités curatives de ce genre de spectacle. « Je voulais que les gens qui assistent aux talk-concerts deviennent eux-mêmes des protagonistes de la discussion. Qu’ils échangent ensemble sur les différents problèmes de la vie ou qu’ils bavardent, simplement. »

Jipbap doit servir de passerelle à ceux qui souhaitent se rencontrer. « Lorsque j’étais salariée, je déjeunais sur le pouce. J’avais l’impression de faire partie d’un élevage ! Je me suis demandé à quoi ressemblerait le bonheur et j’ai pensé aux repas qu’on préparait pour moi en famille. Par extension, il m’est venu à l’idée que le terme “jipbap” pourrait désigner un repas que vous prenez en compagnie des gens avec qui vous vous sentez bien. » En somme, Jipbap est pour la jeune femme synonyme de bonheur simple.

N’ayant pas pour objet la défense de grandes valeurs ou la réalisation de projets ambitieux, Jipbap se préoccupe des choses concrètes de la vie quotidienne. Le site permet aux gens qui ne se connaissent pas, de se rencontrer en groupe, de nouer une relation de confiance et souvent d’en tirer d’importants bénéfices sur le plan psychologique.

Le concept est beau, mais il peut parfois se révéler plus compliqué que prévu. Il est arrivé que des disputes se produisent au sein des dîners, mais Pak In croit fermement aux bienfaits du service qu’elle propose. Jipbap enregistre chaque semaine quelque 400 groupes nés à l’initiative des internautes dans une vingtaine de villes coréennes. Les thèmes recueillis sont des plus variés : “Groupe de gens attristés par la mort d’un animal domestique”, “Groupe de gens qui veulent discuter du fait que les femmes fumeuses sont traitées avec un grand dédain”, etc.

« J’ai été assez surprise par l’enthousiasme soulevé par mon site. Cela prouve qu’il y a un très fort désir de s’exprimer », rapporte Pak In. En réalité, tout le monde a envie d’échanger avec autrui, mais il n’est pas facile de rencontrer les bonnes personnes pour cela. Il existe aussi la peur d’avoir affaire à des individus louches. Jipbap ne peut pas apporter toutes les garanties, mais son succès constitue un gage de sérieux.

Le site repose sur deux sources de financement : la participation des usagers et les commandes émanant d’entreprises. En effet, ces dernières, des fabricants d’alcool jusqu’aux établissements publics, sont de plus en plus nombreuses à confier au site des études sur les modes de consommation. L’atmosphère détendue qui caractérise les rencontres via Jipbap se révèle propice aux échanges d’opinions.

Dans la société qui gère le site, chacun des cinq employés travaille au rythme qui lui convient. « Pendant une brève période, nous avons essayé de fixer des horaires de bureau, de 10 heures à 19 heures. Mais ça n’a pas marché. J’avais moi-même du mal à les respecter », confie Pak In.

Mais, quand il s’agit de mettre en place une idée jugée réalisable, la chef d’entreprise ne perd pas de temps. « Nous menons régulièrement des enquêtes. Des réunions sont organisées avec les utilisateurs les plus assidus, ce qui nous permet d’être toujours au plus près des tendances, et ce de façon concrète. » Ces tendances évoluent, mais le mot d’ordre de Jipbap reste avant tout le fun, d’après sa patronne. Elle se rend elle-même d’un bout à l’autre du pays pour assister à des rencontres de groupes formés par l’intermédiaire de son site. Son préféré ? « J’adore le groupe qui s’appelle Yônnam-dong Dumb and Dumber, qui réunit les amateurs de musique underground. Ils sont vraiment marrants ! »

Commenter cet article