Et si on pouvait vivre sans croissance économique?

Publié le par ottolilienthal

La journaliste Marie-Monique Robin publie «Sacrée croissance!», un livre qui pourrait nous faire revoir nos certitudes économiques…

 

Tout commence avec cette phrase, prononcée le 15 mai 2012 par François Hollande: «L’Europe a besoin de projets, elle a besoin de solidarité, elle a besoin de croissance.» Le mot-clé est lâché: depuis des décennies, la croissance économique apparaît comme le Graal des dirigeants politiques du monde entier. Pourtant, de plus en plus de voix dénoncent cette obsession et assurent que le monde se porterait beaucoup mieux s’il arrêtait de courir après des points de PIB. Parmi elles, Marie-Monique Robin, journaliste auteur du Monde selon Monsanto, publie ce jeudi un livre intitulé Sacrée croissance! dans lequel elle imagine François Hollande prenant la tête de la «Grande transition» mondiale.

 

La «Grande transition»

Dans ce livre, nous sommes en 2034 et Marie-Monique Robin nous raconte comment, vingt ans auparavant, le monde a connu un choc en lisant le rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC): «On y voit clairement l’inquiétude des scientifiques pour l’avenir de la planète, explique-t-elle. J’ai imaginé que ce 14 avril 2014, les médias ne parlaient que de ça et que François Hollande se réveillait.» S’ensuivrait une «Grande transition» qui viserait à affronter la crise économique et sociale et à sauver notre planète. «Cela consisterait à jeter les bases d’une société décarbonée», poursuit la journaliste.

Concrètement, voici à quoi ressemblerait notre vie en 2034: organisés en communautés sur des territoires délimités, nous ne travaillerions que 20 heures par semaine et passerions le reste du temps à nous occuper d’une coopérative locale de production d’énergie ou à faire pousser nos aliments dans une ferme collective. Les décisions seraient prises par un système de démocratie participative et les échanges se feraient en monnaie locale. «La croissance nous a réduits à être des consommateurs, déplore la journaliste. Dans ce nouveau modèle, nous serions des "prosommateurs": nous fabriquons en partie ce que nous échangeons.» Toutes ces activités ne seraient pas de la «croissance verte», un «mythe» selon l’économiste Jean Gadrey, auteur de Adieu à la croissance, qui estime impossible de découpler croissance du PIB et augmentation des émissions de gaz à effet de serre. Mais elles permettraient en revanche de créer des milliers d’emplois, assure-t-il.

«On travaille moins, on produit moins, mais on partage plus»

Marie-Monique Robin s’appuie sur des expériences réussies au niveau local, comme dans le village d’Ungersheim en Alsace, et sur le succès croissant des monnaies locales complémentaires: l’idée est de sortir les échanges quotidiens des fluctuations financières mondiales. Une idée partagée notamment par l’économiste Gaël Giraud, qui préconise de revenir à des «euros nationaux» pour ne pas pénaliser les pays les moins forts économiquement.


Gaël Giraud : "L'euro monnaie unique ne marche... par franceinter

Si les Occidentaux pourraient accepter de renoncer à un certain confort, rien n’est moins sûr pour les pays en développement. «Les pays développés doivent donner un exemple différent aux Chinois ou aux Indiens, estime Marie-Monique Robin. Nous pouvons arriver à un état stationnaire de l’économie, déjà recommandé par Adam Smith.» Citant des économistes de référence, elle assure qu’ils n’ont jamais envisagé possible une croissance infinie. La clé de sa réflexion repose sur un meilleur partage des ressources, aussi bien entre les régions du monde qu’au sein des «communautés»: «Dans une société post-croissance, on travaille moins, on produit moins, mais on partage plus», explique-t-elle.

 

Audrey Chauvet

Commenter cet article