Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

notes pratiques

Publié le par ottolilienthal

 
 

Pourquoi l'horloge de votre four n'est plus à l'heure

Pour le moment, il n'est plus totalement possible de se fier à l'horloge de votre four. La cause ? Le réseau électrique européen est plombé par la production volontairement insuffisante du Kosovo.

Depuis quelques jours, vos horloges affichent de sérieux retards. Et ce n'est pas forcément parce que vos appareils électriques sont défaillants.

En effet, l’origine de cette inexactitude est à chercher dans le réseau électrique... beaucoup plus loin... au Kosovo, révèle Le Parisien ce mercredi matin.

Six minutes de retard

Quelques explications sont nécessaires. Pour faire défiler les secondes à bon rythme, les horloges des appareils branchés sur secteur se synchronisent sur la fréquence du courant électrique, maintenue à 50 hertz dans tous les pays européens, indique encore Le Parisien.

Mais depuis la mi-janvier, cette fréquence est de seulement 49,996 hertz, ce qui ralentit, jour après jour, les secondes, d'après un communiqué d'Entso-E (en anglais). Regardez, il y aurait en ce moment un retard de six minutes.

Le Kosovo dans la ligne de mire

Alors, quelle est la cause ? L’Entso-E accuse directement le Kosovo de baisser volontairement et massivement sa production d’électricité qu’il doit injecter dans le réseau interconnecté européen, comme tous les autres pays, afin de participer à l’équilibre énergétique, informe Le Parisien.

La Serbie voisine pourrait compenser ce manque pour rétablir l'équilibre. Mais "elle refuse de produire plus pour des raisons d'opposition politique et historique entre les deux pays", analyse un expert auprès du Parisien.

Toujours selon le quotidien, le Kosovo et la Serbie ont lancé une véritable guerre diplomatique pour rejoindre le club des pays formant le « réseau européen des gestionnaires de réseaux de transport d’électricité ».

Enfin, si le Kosovo et la Serbie reviennent à une production normale dans les prochains jours, il faudra du temps pour que nos horloges tournent à nouveau normalement.

Le prix des obsèques peut varier du simple au quintuple, selon une étude

 
L'association Familles Rurales, qui a mené l'étude, rappelle que les devis sont "obligatoires et gratuits" et invite ainsi les consommateurs à comparer les prix et à "résister au discours de commerciaux parfois peu scrupuleux".

Des écarts de prix "considérables". Après le décès d'un proche, les familles n'ont pas forcément en tête de demander des devis aux différentes entreprises afin de savoir qui est la moins chère. Pourtant, de très importants écarts de prix existent entre les sociétés de pompes funèbres locales et les grands réseaux, prévient l'association Familles Rurales, qui a mené une enquête sur les pratiques commerciales des entreprises de pompes funèbres dans 13 départements dans une étude rendue publique dimanche.

Au total, l'organisation de consommateurs a fait établir 37 devis dont dix sur Internet entre août et septembre pour "organiser les obsèques les moins chères possibles pour un grand-oncle en fin de vie". Pour chaque devis, la demande portait sur une inhumation et une crémation.

Privilégier les entreprises locales et éviter Internet

Ainsi, pour une inhumation, le client peut payer jusqu'à 5 fois plus cher pour la même demande, les prix variant de 862,72 euros à 4.585,92 euros, détaille l'association. Pour une crémation, la facture peut être trois fois plus élevée en fonction de la société de pompes funèbres, les prix variant de 1.344 euros à 4.141,58 euros.

 

Les deux devis les moins chers, que ce soit pour une inhumation ou une crémation, ont été proposés "par des entreprises locales de pompes funèbres et non par des grands groupes" de type PFG ou Roc Eclerc, selon les résultats de l'enquête.

Et c'est en boutique et non sur Internet que les devis sont les moins chers: en moyenne pour une inhumation, un devis établi en ligne coûtera 320 euros de plus et 427,50 euros de plus pour une crémation.

Plus de la moitié des devis non conformes

Par ailleurs, Familles Rurales estime que 60% des devis en matière d'obsèques ne sont pas conformes à la réglementation. Celle-ci impose pourtant un modèle-type pour mieux pouvoir comparer les offres mais cette forme n'est pas toujours respectée. Et dans nombre de devis non conformes, les prestations optionnelles (soins de conservation du corps, transfert en chambre funéraire, accessoires divers...) sont présentées comme obligatoires.

L'association, qui rappelle que les devis sont "obligatoires et gratuits", invite ainsi les consommateurs à comparer les prix et à "résister au discours de commerciaux parfois peu scrupuleux".

(avec AFP)

Les fréquences de la TNT vont changer

D'octobre 2017 à juin 2019, les fréquences des chaines de la TNT vont progressivement être redéployées au profit des opérateurs de téléphonie mobile.

 

Programmée depuis plusieurs années, la réduction des fréquences de la TNT (télévision numérique terrestre) se profile. Ces prochains mois, les émetteurs vont progressivement abandonner la bande des 700 Mhz afin de la mettre à disposition des opérateurs de téléphonie mobile. Conséquence : certaines chaînes risquent de disparaître temporairement, obligeant près de 26 millions de personnes à lancer une recherche sur leur téléviseur afin de les récupérer toutes.

« Il n'y aura pas d'écran noir »

Gilles Brégant, le directeur de l'Agence nationale des fréquences (ANFR) chargée de piloter la transition, se veut rassurant: « Il n'y aura pas d'écran noir. L'opération sera beaucoup moins impactante que lors du changement de codage ou du passage à la haute définition. Il n'y aura qu'une seule chose à faire: rescanner ses chaines». Aucun changement de matériel n'est requis.

En amont du basculement, les gestionnaires d'immeubles devront toutefois faire procéder à une mise à niveau de l'antenne collective. 

A noter également que des aides financières seront également accessibles aux particuliers qui rencontreraient des difficultés exceptionnelles, les obligeant à faire adapter leur antenne râteau ou à passer à un mode de réception alternatif. Des aides spécifiques ont également été prévues pour les gestionnaires d'immeubles ou les collectivités locales.

Treize phases jusqu'à l'été 2019

L'opération se déroulera en treize phases, étalées jusqu'en juin 2019. Les régions de Marseille et Toulouse seront les premières à basculer, le 3 octobre prochain. Suivront ensuite la Corse et la région niçoise le 21 novembre, une partie de l'Aquitaine et des Pays de Loire le 23 janvier... La carte suit approximativement celle des décrochages régionaux de France 3. Un test en ligne est proposé par l'ANFR pour connaitre précisément sa date de basculement.

La carte du redéploiement progressif des fréquences :

DR Agence nationale des fréquences
DR Agence nationale des fréquences

L'agence communiquera dans chaque région concernée en amont du redéploiement des fréquences. Des rubriques dédiées ont également été ouvertes sur son site internet (www.recevoirlatnt.fr) et un numéro gratuit mis en place: 0970 818 818.

Contrairement à des pays comme l'Allemagne, la diffusion 'hertzienne reste le mode de réception dominant de la télévision en France. Fin 2016, 54% des foyers recevaient la télévision par voie hertzienne, 48,7% par internet, 22% par satellite et 10,2% par le câble.

Actuellement, seule l'Ile-de-France et la ville de Tarbes ont libéré la bande des 700 Mhz, désormais utilisée par les seuls opérateurs téléphoniques pour la 4G. Un «cadeau» qui n'est pas gratuit puisque ces derniers ont déboursé en novembre 2015 pas moins de 2,8 milliards pour acquérir ces précieuses fréquences auprès de l'Etat.

Jean-Michel Lahire

 

 

Il est désormais interdit de stationner devant son propre garage
 
 
 
 

C'est une information qui n'est pas à prendre à la légère. La Cour de cassation a jugé le 20 juin dernier que de "laisser stationner son véhicule devant son garage constitue l’infraction de stationnement gênant passible d’une amende pénale", comme on peut le lire sur service-public.fr.

Dans cette affaire, un automobiliste s'est vu dresser un procès-verbal pour avoir stationné son véhicule devant son garage au motif d'un "stationnement gênant d'un véhicule devant l'entrée carrossable d'un immeuble".

Il avait été relaxé une première fois par le tribunal de police au motif qu'il s'agissait de l'entrée de son domicile et d'un immeuble appartenant au propriétaire de la voiture. "Ce stationnement ne gêne pas le passage des piétons, le trottoir étant laissé libre, mais le cas échéant, seulement celui des véhicules entrant ou sortant de l'immeuble."

Sauf que la Cour de cassation a décidé de casser le jugement considérant que "l'infraction de stationnement gênant devant les entrées carrossables des immeubles, était également applicable aux véhicules utilisés par une personnes ayant l'usage exclusif de cet accès. Nul ne peut donc stationner devant l'entrée d'un garage".

Festivals et discothèque devront (encore) baisser le son

 

Discothèques et festivals vont devoir se soumettre à une réglementation plus stricte concernant le niveau sonore de la musique qu’ils diffusent, selon une série de mesures publiées mercredi au Journal officiel, qui visent à "protéger l’audition du public".

Les enfants pris en compte dans l'auditoire

Le niveau sonore moyen, mesuré sur 15 minutes, ne pourra plus dépasser 102 décibels, détaille le décret, alors que le niveau maximal était fixé depuis 1998 à 105 décibels.
Lorsque le public visé est constitué d’enfants jusqu’à six ans, la limite est établie à 94 décibels.

Pour assurer un meilleur respect de ces niveaux, les endroits concernés devront afficher en continu le niveau sonore, l’enregistrer et tenir ces enregistrements à disposition en cas de contrôle.

Ces obligations d’affichage et d’enregistrement s’appliquent à toutes les discothèques et tous les festivals, ainsi qu’aux autres lieux diffusant de la musique amplifiée "à titre habituel" et dont la capacité d’accueil est supérieure à 300 personnes.

Des "zones de repos auditif"

Le décret comporte aussi plusieurs mesures de prévention: les lieux concernés devront "informer le public sur les risques auditifs, mettre à disposition du public à titre gratuit des protections auditives" du type bouchons d’oreilles et "créer des zones de repos auditif ou, à défaut, ménager des périodes de repos auditif" durant lesquelles le niveau sonore ne dépassera pas 80 décibels.

Selon le Centre d’information et de documentation sur le bruit, "notre oreille commence à souffrir sans que nous le sachions à partir d’une exposition à 85 décibels pendant 8 heures".

Sanctions doublées en cas de récidive

Les sanctions encourues en cas d’infraction restent une contravention de 1500 € (3000 en cas de récidive) et la confiscation du matériel de sonorisation.

En France, 12 à 13% de la population, soit 6 à 8 millions de personnes sont touchées par des problèmes d’audition, selon l’association JNA, qui organise tous les ans une campagne de prévention sur les risques liés au bruit, à l’occasion de la Journée nationale de l’audition.

 

AFP

En guerre contre la mauvaise utilisation des échelles

Malgré des explications sur les notices d’utilisation, les échelles sont souvent installées à l’envers. Un Mâconnais a souhaité le faire savoir.

Savez-vous que la plupart des utilisateurs d’échelles ne les utilisent pas comme les fabricants le préconisent ? C’est le constat qu’a dressé Richard Lauriaut. Ce Mâconnais, qui a bon nombre de fois eu recours à cet outil dans le domaine professionnel, s’est retrouvé, un jour, pendu à une barre lorsque son échelle est tombée.

Après plusieurs conversations relatant des accidents du travail lié aux échelles, il a consulté… La notice d’utilisation ! « J’ai même appelé une société qui fabrique des échelles… Ils m’ont assuré que 95 % les installaient à l’envers. »

Par là, entendez que les éléments qui coulissent doivent être présentés côté mur et non côté utilisateur. « C’est pour cela qu’il vaut mieux la déplier face à soi et dos au mur. » Un angle idéal doit également être respecté. « Les pieds de l’opérateur contre les pieds de l’échelle, les bras doivent être tendus à l’horizontal tout en tenant l’échelle par un barreau ou les montants. »

Si l’information peut prêter à sourire, Richard Lauriaut rappelle tout de même que les échelles représentent en Saône-et-Loire 1,63 % des accidents du travail avec au moins quatre jours d’arrêt. « Les arrêts dus aux chutes ont représenté en Saône-et-Loire 3 % des indemnités journalières », précise-il après renseignements auprès de l’Assurance-maladie. Des inconvénients qui pourraient être évités en lisant, tout simplement, les notices d’utilisation… D’autant plus alors que les décorations de Noël vont être décrochées dans le mois qui vient !

Chiffres 2013, sources Carsat/assurance-maladie BFC.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article