Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Egypte...

Publié le par ottolilienthal

La bombe à retardement de la population égyptienne

La population égyptienne vient de dépasser les cent millions d’habitants et progresse d’un million supplémentaire tous les six mois, un défi dont le régime Sissi n’a pris que tardivement la mesure.

 

 

L’Egypte comptait quelque 90 millions d’habitants en 2013, lorsque le général Abdelfattah Sissi renversa, par un putsch militaire, le seul président démocratiquement élu de l’histoire du pays, l’islamiste Mohammed Morsi, au pouvoir depuis un an. Promu maréchal, avant d’être « élu » en 2014 avec un score officiel de  97% des suffrages, Sissi a abandonné ses titres militaires pour accréditer le mythe d’une présidence de la République « civile ». « Réélu » en 2018 dans des conditions encore plus discutables que quatre ans plus tôt, mais toujours à 97%, Sissi a taillé une constitution à sa mesure qui lui permet de s’accrocher à la présidence jusqu’en 2030. La population égyptienne, qui a déjà passé le cap des 100 millions d’habitants, devrait alors atteindre les 120 millions, soit un doublement en moins de quarante ans.

UNE « CONTRE-TRANSITION DEMOGRAPHIQUE »

L’Egypte avait pourtant connu, comme l’ensemble du monde arabe, une spectaculaire transition démographique jusqu’à la décennie passée. Le taux de fécondité avait en effet chuté de 5,3 enfants par femme en 1980 à 3 en 2008, une évolution avant tout gagée sur la promotion sociale des femmes en termes d’accès à l’éducation et, dans une moindre mesure, au marché du travail. Cette profonde transformation de la cellule familiale avait, en Egypte comme ailleurs, remis en cause la conception paternaliste du pouvoir dont l’octogénaire Moubarak était devenu, après trente ans de dictature, une des plus choquantes caricatures. Le soulèvement démocratique de 2011, marqué par une participation féminine sans précédent, avait ouvert une période troublée, avec renversement du despote par une junte militaire, suivi de l’élection à une courte majorité, en 2012, du candidat des Frères musulmans, rendu très vite impopulaire par une politique aussi sectaire que brouillonne.

Le putsch de Sissi était censé, en 2013, refermer cette parenthèse pluraliste de deux ans, tout en attribuant aux islamistes, férocement réprimés, l’ensemble des maux de l’Egypte. Le taux de fécondité, remonté à 3,5 enfants par femme en 2014, peine cependant à retrouver sa tendance antérieure à la baisse, avec une résistance plus sensible en milieu rural, mais qui affecte toute la population féminine du pays. Le très respecté démographe Youssef Courbage a qualifié ce phénomène de « contre-transition démographique », là où ses collègues considéraient jusqu’alors la transition démographique comme un processus irréversible. Ce renversement de tendance est particulièrement net en Egypte, où il s’accompagne d’un double recul, celui de l’âge médian du mariage, d’une part, et celui de la part des femmes sur le marché du travail, d’autre part. A titre de comparaison, la République islamique d’Iran connaît un taux de fécondité de 1,8 enfants par femme et la Tunisie de 2,2.

LA RESPONSABILITE DU REGIME SISSI

Le caractère « islamiste » ou « moderniste » d’un régime ne peut dès lors expliquer en tant que tel un retournement démographique d’une telle importance. Force est de constater qu’en Egypte, la dictature de l’ex-maréchal Sissi s’appuie sur une forme très agressive d’ordre moral, qui permet en retour d’acheter la paix sociale dans un pays taraudé par une pauvreté grandissante (entre 2016 et 2018, la proportion d’Egyptiens vivant en-dessous du seuil de pauvreté, fixé à moins d’1,5 euro par jour, est passée de 28 à 33%). Le chef de l’Etat, lui-même d’une piété ostensible, s’était distingué dès 2011 en justifiant les « tests de virginité » infligés aux manifestantes, à la fois pour les humilier et les dissuader d’investir l’espace public. Ce n’est que récemment que Sissi a pris conscience de la menace pour la stabilité de l’Egypte que constitue la bombe à retardement démographique, désormais placée sur le même plan que le défi « terroriste ».

Malgré de telles harangues présidentielles, de même que la guérilla jihadiste continue de contrôler une bonne partie de la péninsule stratégique du Sinaï, la population égyptienne ne cesse d’inexorablement progresser. Cette croissance exponentielle intervient de surcroît sur une étroite bande de terre, limitée à la vallée du Nil et à son delta, représentant moins de 5% de la superficie d’un pays largement désertique. Les campagnes de contrôle des naissances, enfin lancées avec l’aval des imams d’Etat et de la propagande officielle, peinent à l’évidence à produire des résultats tangibles. Les allocations familiales ne sont désormais plus accordées au-delà du deuxième enfant. Mais le budget de l’éducation est loin d’être une priorité, face aux formidables dépenses militaires et aux 45 milliards de dollars alloués au chantier pharaonique d’une nouvelle capitale. Et les 10 millions des Egyptiens les plus pauvres, délaissés de fait par l’aide publique, continuent de miser sur une nombreuse progéniture pour assurer leur quotidien, voire leur avenir.

Il n’était que temps que l’Egypte de Sissi renonce à son natalisme d’Etat. Reste à savoir si le tournant amorcé par le régime ne représente pas trop peu, trop tard, face à l’ampleur de cette « contre-transition démographique ».

 

https://www.lemonde.fr/blog/filiu/2020/03/01/la-bombe-a-retardement-de-la-population-egyptienne/

Egypte

Sous la pression du FMI, l’Egypte a augmenté de 50% le prix des carburants. Le pays, qui subventionne lourdement l’essence, n’arrive plus à supporter ce fardeau. Est-ce que la population va se rebeller comme en Jordanie ? Les jours qui viennent vont le montrer.

L'Égypte entre la peste de la dictature et le choléra islamiste

Un projet de loi interdisant l'athéisme est à l'étude. Après avoir renversé les islamistes, al-Sissi ne cesse de leur donner des gages.

 
 
Pourquoi l'Égypte est programmée pour exploser

Il fut une époque où l'Égypte dictait l'agenda géopolitique au Proche-Orient, parce que ce pays jouissait d'un grand prestige auprès des autres pays arabes et qu'il était le centre culturel et politique du monde arabe. Aujourd'hui, il n'en est plus rien...

 

L'Égypte n'est plus le centre du monde arabe. Et pour cause: le pays est littéralement en faillite, comme l'a très bien démontré le magazine The Economist. L'actuel président Abdel Fattah al-Sissi, qui a succédé à l'islamiste Mohamed Morsi, lui-même élu après la chute de Hosni Moubarak, se révèle être encore plus oppressif que ce dernier et aussi incompétent sur le plan économique que M. Morsi. Les Égyptiens ne sont donc pas gâtés par leur histoire récente.

Le chômage des jeunes est aujourd'hui de l'ordre de 40%, et le pays reste improductif avec une armée de fonctionnaires payés à ne rien faire si ce n'est à baisser artificiellement le taux de chômage. Quant au secteur privé, il est tout simplement incapable d'absorber les légions de nouvelles personnes à la recherche d'un job. Aujourd'hui, quelqu'un qui n'a pas de diplôme en Égypte a paradoxalement plus de chances de trouver un petit job qu'un diplômé.

Quant au nouveau président, il a beau jouer sur la fibre nationaliste et la grandeur passée de l'Égypte, il n'empêche qu'il a dû aller quémander 12 milliards de dollars au FMI pour que son pays n'explose pas.

 

 

L'Égypte est traditionnellement aidée par les pays du Golfe, mais même eux sont découragés !

 

En fait, les différentes sources d'argent de l'Égypte sont en berne. À cause du terrorisme, plus personne n'y vient et le tourisme en souffre énormément. La baisse du prix du pétrole affecte également les recettes égyptiennes. Quant au deuxième canal de Suez, depuis son inauguration en grande pompe, les revenus du trafic portuaire ont baissé ! Et en ce qui concerne le plan très créatif qui voulait faire sortir de terre une ville futuriste du genre Dubai, il reste au stade... d'un tas de sable, précise The Economist.

Pire encore, l'Égypte est traditionnellement aidée, pour diverses raisons, par les pays du Golfe persique, mais même eux sont découragés ! Les conseillers financiers des Émirats arabes sont dépités par la paperasserie et la rigidité de l'administration égyptienne. Et une fuite malencontreuse n'a pas arrangé les choses, une conversation privée entre le président Sissi et ses adjoints qui laisse entendre qu'ils n'ont que du mépris à l'égard de ces "demi-pays du Golfe qui ont autant d'argent que d'autres ont du riz". Bref, ce n'est pas très malin d'insulter la main qui vous nourrit.

Pour ces raisons, ce pays central pour la stabilité du Proche-Orient est désormais programmé pour exploser un de ces jours. Ce qui fait écrire au magazine The Economist que la meilleure chose que puisse faire l'actuel président est de ne pas se présenter aux prochaines élections de 2018. Mais je crois que la probabilité qu'il neige cet hiver en Égypte est plus plausible...

 

Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article