Qwant, le moteur de recherche français qui respecte votre vie privée

Publié le par ottolilienthal

Qwant, le petit moteur de recherche anonyme qui monte

 

Depuis plus de trois ans, la start-up française Qwant essaie de prouver qu’un moteur de recherche peut être efficace et rentable, tout en respectant la vie privée et l’anonymat des utilisateurs. Après un démarrage lent et difficile, Qwant est enfin en train de décoller : 21 millions de visiteurs en mai 2016, contre seulement 8 millions six mois plus tôt.

Eric Leandri, cofondateur et directeur de la société, est très confiant : « C’est parti. Nous comptons désormais sur une progression de 15 % à 20 % par mois. » 50 % des utilisateurs sont en France, 30 % en Allemagne. Cette implantation très localisée correspond à l’identité de la société, qui emploie une soixantaine de personnes : les bureaux et les serveurs sont à Paris, les équipes de développement à Nice. La présence en Allemagne est assurée par le groupe de presse Springer, actionnaire à hauteur de 20 % et partenaire technique important. Tout cela reste minuscule face à Google, qui détient un quasi-monopole du marché européen, mais selon Eric Leandri, ces chiffres encourageants prouvent que les mentalités commencent à changer : des millions d’Européens refusent d’être soumis au système de surveillance de masse imposé par les géants américains du Net, et cherchent des alternatives.

Lire aussi : Un nouveau front s’ouvre contre Google en France

A première vue, Qwant est un moteur de recherche classique, qui classe les résultats par grandes catégories : Web, actualités, réseaux sociaux, images, shopping, musique… Mais en coulisses, il est très différent de Google et des autres moteurs commerciaux. Qwant ne traque pas ses utilisateurs avec des cookies (des petits fichiers qui stockent des informations), ne collecte aucune donnée personnelle de navigation ou de localisation, n’effectue pas de profilage : « Nous ne gardons même pas les adresses Internet, affirme Eric Leandri. Pour chaque nouvelle session, le numéro IP du visiteur est crypté, et transformé en une chaîne de caractères à laquelle on ajoute des chiffres aléatoires, ce qui empêche de reconstituer le numéro originel. »

De fait, les résultats proposés ne dépendent pas du profil de chacun :

Aucune personnalisation de l’algorithme

Pour sélectionner et hiérarchiser les contenus, Qwant a créé un système d’intelligence artificielle baptisé Iceberg, dont les algorithmes prennent en compte une large gamme de critères : qualité technique et éditoriale du texte ou de l’image, liens menant vers la page, commentaires et mentions sur les réseaux sociaux, comportement en ligne de l’auteur, etc. Il établit ainsi des palmarès thématiques évolutifs, qui serviront de base aux choix pour chaque requête :

Pour gagner de l’argent, Qwant utilise la méthode classique du paiement au clic, « comme Google jusqu’en 2009 », précise Eric Leandri, « avant qu’il ne se lance dans le traçage intensif ». Il a passé un accord avec la plate-forme d’affiliation Zanox, qui le met en relation avec un grand nombre de sites marchands : « A chaque fois qu’un visiteur clique sur un lien vers un site de vente, nous gagnons entre 40 et 80 centimes. » Qwant a aussi signé des partenariats avec des plates-formes comme TripAdvisor, eBay ou LeGuide : « Si un visiteur loue une chambre d’hôtel sur TripAdvisor en passant par Qwant, nous touchons un petit bonus. » Début 2016, Qwant a franchi le seuil symbolique de 1 % de parts de marché en France, et devrait bientôt en faire autant en Allemagne : « Désormais, nous existons pour les publicitaires, nous pouvons être intégrés dans leurs campagnes. »

Lire aussi : L’européen Qwant s’offre un lifting pour exister face à Google

Pour effectuer toutes ces opérations, Qwant possède ses propres serveurs, installés en banlieue parisienne : « Pour une start-up, c’est un investissement lourd, de plusieurs millions d’euros, mais indispensable. Si nous voulons garantir la sécurité et l’anonymat des utilisateurs, nous devons tout faire nous-mêmes, en interne. Pas question d’utiliser le cloud américain [des data centers soumis aux lois américaines, qui autorisent la surveillance des données des étrangers]. »

Difficultés sur les téléphones

Eric Leandri insiste sur la dimension éthique et sociétale de son aventure : « Avec notre technologie, nous pourrions gagner beaucoup d’argent en faisant du marketing de pointe, mais ce n’est pas notre intention. Nous voulons montrer qu’on peut gagner sa vie tout en ayant une pratique éthique, propre, respectueuse des droits et des modes de vie des Européens. Face à ceux qui veulent surveiller tout le monde tout le temps, nous proposons un autre projet de société, fondé sur la liberté individuelle. »

Par souci de transparence, Qwant a publié le code source des logiciels utilisés par son service pour interagir avec les machines des utilisateurs : « Les gens qui savent lire le code peuvent vérifier que tout fonctionne réellement, sans collecte de données. » En ce qui concerne les algorithmes de production des résultats, c’est plus compliqué : « Si nous les publions aujourd’hui, les spécialistes du référencement découvriraient notre méthode, et trouveraient des moyens pour favoriser artificiellement tel ou tel site. Nous travaillons sur une solution technique ambitieuse : dès 2017, nous espérons publier en open source des algorithmes qui ne seront pas détournables, grâce à notre système d’intelligence artificielle et à la technique de la “blockchain” [répertoire distribué infalsifiable]. »

Pour le proche avenir, le grand chantier de Qwant sera le mobile, qui représente seulement 12 % de son trafic. Eric Leandri se bat pour obtenir d’Apple et de Google que Qwant soit placé sur la liste des moteurs de recherche par défaut dans les navigateurs Safari et Chrome des smartphones et tablettes. Selon lui, c’est la seule solution pour que le grand public découvre Qwant :

Procédure contre Google

Pour mener cette bataille, la petite start-up française a besoin d’aide. Qwant tente de négocier un accord avec la fondation Mozilla pour être proposé comme moteur par défaut sur le navigateur Firefox. Eric Leandri se bat aussi sur le terrain juridique, au niveau européen : « Je suis vice-président de l’association Open Internet Project, regroupant près de 12 000 sociétés européennes qui s’estiment lésées par les pratiques commerciales de Google. » Il travaille en liaison avec la Commission européenne, qui a lancé une action judiciaire pour obliger Google à cesser ses abus de position dominante.

Lire aussi : Bruxelles accuse Google d’abus de position dominante

Qwant fait aussi du lobbying auprès des pouvoirs publics français, et trouve un accueil très favorable, car de nombreux responsables souhaitent voir émerger une alternative européenne à Google. Après l’échec des grands projets institutionnels de la décennie précédente comme Quaero, le temps est venu de faire confiance à une start-up indépendante.

Exotique et rebelle

A l’initiative de la secrétaire d’Etat au numérique Axelle Lemaire, plusieurs ministères testent depuis quelques mois l’efficacité de Qwant. Si le retour d’expérience est positif, les fonctionnaires devront l’adopter comme moteur par défaut. Par ailleurs, Qwant a créé un service pour les enfants, Qwant Junior, qui filtre les résultats sexuels et violents. Début 2016, l’éducation nationale a décidé de le déployer dans les écoles et les lycées.

Qwant a aussi été remarqué par les autorités allemandes : « la chancelière Angela Merkel et le ministre Sigmar Gabriel nous connaissent, affirme Eric Leandri. Je crois savoir qu’ils ont parlé de nous avec Emmanuel Macron… » A Berlin, la start-up peut compter sur les réseaux d’influence de son actionnaire allemand, le groupe Springer.

Qwant commence même à être connu aux Etats-Unis, au moins chez les professionnels de l’Internet : « Récemment, des hauts responsables de Google ont rappelé que sur Internet, la concurrence n’est qu’à un clic de distance, et ils ont cité Qwant. » Ces déclarations visaient à affirmer que Google n’est pas en situation de monopole, mais du même coup, ils ont éveillé la curiosité des Américains pour ce petit moteur exotique et rebelle.

Lire aussi : Le droit à l’oubli sur Internet fâche les Etats-Unis

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article