Bogdanov chronique

Publié le par ottolilienthal

Le parquet de Paris requiert un procès pour « escroquerie » contre les frères Bogdanoff

Dans son réquisitoire du 26 mars le parquet accuse les jumeaux d’avoir placé Cyrille P. « sous emprise » pour l’entraîner dans des « projets chimériques ».

Igor et Grichka Bogdanoff ont-ils tenté de spolier un millionnaire dépressif pour régler leurs déboires financiers et relancer « Temps X », l’émission de science-fiction qui les a rendus célèbres dans les années 1980 ? Dans son réquisitoire du 26 mars, consulté par l’Agence France-Presse (AFP), le parquet accuse les jumeaux d’avoir placé Cyrille P. « sous emprise » pour l’entraîner dans des « projets chimériques » et demande leur renvoi en correctionnelle.

Il revient désormais au juge d’instruction de décider ou non d’un procès contre les jumeaux de 70 ans et le fils d’un diplomate franco-congolais, Tanguy Ifoku, que le tribunal veut voir juger ensemble pour « escroquerie sur personne vulnérable ».

Cet ancien hôtelier fortuné, atteint d’une psychose maniaco-dépressive, s’est suicidé à l’âge de 53 ans, en se jetant des falaises d’Etretat, le 31 août 2018, au plus fort de l’enquête. « Je suis en grande souffrance, trop c’est trop. (…) Ils m’ont fait croire monts et merveilles », écrit-il aux policiers peu avant son geste.

Placement en garde à vue et mise en examen

En juin 2019, Igor et Grichka Bogdanoff étaient placés en garde à vue et mis en examen dans ce dossier, moins d’un an après leur rencontre avec Cyrille P.

Les jumeaux, connus pour leur transformation physique hors du commun et leurs ouvrages de vulgarisation scientifique controversés, « contestent toute escroquerie envers leur ami, il n’y a pas eu d’enrichissement », ont réagi leurs avocats, Edouard de Lamaze et Eric Morain.

Ces conseils dénoncent une instruction « précipitée » et ciblent M. Ifoku, « responsable » de l’escroquerie et « désormais en fuite », car la justice lui « a remis son passeport ». M. Ifoku est visé par un mandat d’arrêt depuis décembre.

A l’issue des investigations, le ministère public retient toutefois une série de projets suspects dans lesquels Cyrille P. a voulu investir 1,5 million d’euros en quelques semaines, pendant l’hiver 2017-2018.

Outre une relance fragile de la célèbre émission de science-fiction, Igor, Grichka Bogdanoff et M. Ifoku, surnommés par le défunt « Frère premier », « Frère absent » et « Frère sombre », convainquent leur ami d’investir dans un vague projet de film promotionnel de la République démocratique du Congo ou encore dans l’achat d’un hélicoptère Gazelle, qui ne peut être piloté que par Igor, seul détenteur d’une licence. En difficultés financières, Igor convainc encore leur nouvel ami de lui racheter, en indivision et sans pouvoir s’y installer, la moitié de sa villa parisienne, pour 750 000 euros. Cyrille P. consent à tout et signe le million et demi d’euros de chèques à la fin de décembre 2017. Selon l’accusation, les trois hommes ont conscience de le manipuler.

Un cercle de profiteurs potentiels

A l’époque, la banque de Cyril, qui bloque l’encaissement des chèques, elle vient tout juste de signaler à la justice un cercle de profiteurs potentiels, qui pousse son client à dilapider sa fortune dans des projets artistiques « plus ou moins sérieux », note le parquet. Depuis l’été, Cyrille P. avait, en effet, cessé de prendre ses médicaments devenant « exagérément sociable, dépensier » et influençable, selon ses proches.

Par l’avocat parisien Jean-Luc Chetboun, il fait alors la connaissance d’un autoproclamé « hypnotiseur des stars », qui lui présente le producteur Alain Williams, ex-manageur de la figure de télé-réalité Loana, puis les jumeaux « qui le fascinaient depuis son enfance », souligne le réquisitoire. Il rencontre aussi une comédienne, alors interprète de Dalida dans un spectacle. L’avocat, le producteur, sa fille et la comédienne sont mis en examen, soupçonnés d’escroqueries diverses. Pour eux, le parquet requiert un non-lieu.

Quant aux jumeaux, face au blocage des chèques et à la mise en place d’une protection judiciaire pour leur ami, ils croient tenir une solution pour échapper à des poursuites : obtenir des « passeports diplomatiques ». Tanguy Ifoku doit s’en charger.

Mais après plus de six mois, et 160 000 euros en liquide en grande partie absorbés par le Franco-Congolais, Cyrille P. et les jumeaux n’auront obtenu « rien de plus qu’une nomination, par un ministre de la RDC connu pour sa corruption, comme “consultants scientifiques de l’Unesco” ».

Lire aussi Igor et Grichka Bogdanov, 40 ans d’affaires et de succès populaires

Le Monde avec AFP

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article