Heureux avec 800 euros par mois

Publié le par ottolilienthal

 

Comment vivre volontairement avec moins que le smic ? La leçon d'Hervé Henri-Martin, qui a fait le choix d'une vie dépourvue de tout superflu.

 

 

« C'est devenu presque un jeu : comment m'y prendre pour dépenser moins encore » : Hervé René Martin s'amuse de ce défi tout en sirotant son café. Devant ses fenêtres, des forêts denses de châtaigniers et conifères typiques du paysage de Saint-Étienne-de-Serre (Ardèche). L'intérieur de sa maison dégage une senteur de bois et de foins fraîchement coupés, offrande des murs construits en terre et paille.

Il y a seize ans, Hervé, fort du succès de son essai La Mondialisation racontée à ceux qui la subissent (Climat, 1999), court les conférences et pérore sur la décroissance économique. Mais que sait-il, au fond, de cette réalité qu'il préconise ? À 55 ans, celui qui a emprunté avec appétit toutes les autoroutes de la société de consommation, exercé plus de vingt métiers, couru la gueuse, roulé en BMW, publié des romans érotiques, décide de changer de vie. L'aboutissement d'un long cheminement. Déjà, à 40 ans, alors à la tête d'un cabinet d'assurances, il s'était senti pris au piège des crédits qui rognaient sa liberté. Il avait vendu et remboursé. Commence alors une vie sans revenus fixes avec une visibilité économique à six mois. « La peur, je l'avais quand je gagnais beaucoup. Le jour où j'ai changé ma Land Rover contre une Méhari, les réparations coûteuses ne m'ont plus causé de soucis. Comment peut-on avoir peur de manquer alors qu'on est en surconsommation ? C'est fantasmatique. »

En 2003, Hervé repart donc de zéro. Lui le grand sportif veut faire pousser des légumes, user ses forces dans ce qu'il appelle un vrai travail, vivre dans une maison qui ne soit pas en béton. Son pécule s'élève à 70 000 euros. Les prix du foncier le poussent dans la haute vallée de l'Aude, où il rencontre Dirk, charpentier écologique. Sa maison sera donc bioclimatique, les murs seront en terre et paille montés sur une ossature en bois. Avec l'aide de Dirk, il la construira de ses mains à raison de douze heures de travail par jour pendant sept mois durant lesquels il logera dans une caravane.

 

 

Trois stères de bois et deux bouteilles de gaz par an

La norme électrique NFC 15-100 lui cause des soucis : elle lui impose 27 prises quand il a chiffré ses besoins à 12, « un racket organisé » selon lui, les normes étant conçues par les fabricants de matériaux. Renseignements pris, il ne s'agit en fait que d'une intimidation, EDF ne pouvant lui refuser son branchement au réseau. Le découragement le guette parfois, notamment lorsqu'il s'aperçoit que la réalisation des enduits n'a pas été budgétée et qu'il doit les faire seul, un travail long et très physique qui lui semble écrasant. Un moment qu'Hervé qualifie d'« initiatique ». « Si j'avais employé quelqu'un pour les réaliser, à quoi aurais-je utilisé mon temps ainsi libéré ? À marcher, courir pour entretenir ma forme ? Et j'aurais été obligé de m'employer quelque part pour payer mon remplaçant. » En 2007, il publie avec succès Éloge de la simplicité volontaire (Flammarion). Mais des aléas amoureux l'obligent à vendre en 2010. Le thermicien qui procède au bilan énergétique de sa maison la classe dans la catégorie « médiocre ». Pourtant, quand il fait moins 5 degrés dehors, il fait 22 à l'intérieur sans aucun apport de chauffage, grâce à la réactivité de la dalle en terre qui restitue la chaleur emmagasinée au moindre rayon de soleil. Une maison perspirante grâce à la terre qui absorbe le surplus d'humidité et la rend en cas de sécheresse… Mais il n'existe pas, dans la fiche informatique du technicien, de mention « paille » à la rubrique des matériaux...

 

Hervé veut continuer son travail d'exploration, mais cette fois-ci pas en solitaire. En tapant « habitat groupé » sur Google, il tombe sur l'annonce de la mairie de Saint-Étienne-de-Serre qui cherche les futurs habitants de l'éco-hameau de Cintenat. Un moyen pour la commune de repeupler son école tout en respectant son patrimoine paysager. Sa nouvelle maison de 80 mètres habitables lui a coûté 65 000 euros, le terrain de 800 mètres carrés, 5 000 euros, auxquels se sont ajoutés 13 000 euros pour la viabilité et l'enterrement de la ligne EDF. Hervé vit aujourd'hui avec 800 euros par mois. Ses trois stères de bois annuels lui reviennent à 150 euros, ses deux bouteilles de gaz pour la cuisinière, à 60 euros, toujours pour l'année, l'eau (de source), à 100 euros, l'électricité, à 120 euros. Il compte bien faire baisser ce dernier poste en posant un thermosiphon à l'énergie solaire. Sa petite Dacia Sandero roule au GPL et lui revient à 35 centimes le kilomètre, à raison de 5 000 kilomètres par an. Il paie 2 euros par mois ses deux heures de communication téléphonique grâce à Free. Ce qui lui coûte le plus cher ? Sa connexion internet, 34 euros par mois.

« On est tous libres d'avoir une grosse cylindrée ou pas »

Aux yeux de l'Insee, Hervé vit sous le seuil de pauvreté, fixé à 977 euros. Mais il n'a pas besoin d'argent. « J'en ai trop. » Depuis un an et demi, il touche une retraite de 1 100 euros. Il craint que cela lui pollue l'esprit et que le livre dont il termine l'écriture lui rapporte de l'argent. Son idée serait de se débarrasser de ces moyens supplémentaires en créant un centre d'agriculture expérimental doublé d'un centre de qualité relationnelle. « Les deux sont liés. Il n'y a pas d'écologie s'il n'y a pas d'écologie intérieure. Il faut être bien dans sa tête, sinon ça ne marche pas, être en paix d'abord avec soi, puis avec les autres. » Depuis peu il expérimente avec un voisin la permaculture, une forme d'agriculture qui permet à la terre de se régénérer sans engrais chimiques.

Et la décroissance comme concept économique, qu'en dit-il aujourd'hui ? Il n'y croit plus. « Ce n'est pas tenable, on vit dans une société de croissance, dans un groupement de pays liés les uns aux autres… C'est un concept purement pédagogique. » Ses velléités de prosélyte se sont calmées aussi. « Il n'y a qu'une chose qui est possible : Sois le changement que tu veux voir dans le monde, le précepte de Gandhi. On est tous libres d'avoir une grosse cylindrée ou pas. La seule limite est celle au-dessous de laquelle on n'est pas prêt à aller. »

Hervé est en harmonie avec ce qu'il vit. « Je suis responsable du monde que je crée, si je fais des erreurs, je les répare, je n'en rends pas les autres comptables. » S'être débarrassé de soucis créés de toutes pièces « a agrandi [sa conscience] ». « Le spirituel se lève naturellement quand nous nous débarrassons de ce qui entrave sa libre expansion. » Quand il avait 25 ans et qu'il enseignait les arts martiaux, Hervé voulait plus tard devenir un sage. À 67 ans, peut-être la sagesse l'a-t-elle enfin rattrapé.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article