on ne prête qu'aux (patrons de presse) riches

Publié le par ottolilienthal

La question n'est pas innocente : à combien s'élève la fortune professionnelle des propriétaires des cinq quotidiens nationaux les plus lus ? Réponse, si l'on prend en compte les données calculées par "Challenges" (7/8) : 76,69 milliards. Soit plus que le produit de l'impôt sur le revenu payé, cette année, par la totalité des contribuables français.

En tête de ce classement, avec 34,66 milliards, Bernard Arnault, propriétaire des "Echos", du "Parisien" et d'"Aujourd'hui en France". Il est suivi par Serge Dassault et ses rejetons, qui ont accumulé 17,5 milliards et règnent sur "le Figaro". Nouveau venu dans la téléphonie mobile française, grâce au rachat de SFR, Patrick Drahi, à qui "Challenges" accorde 16,7 milliards, a décidé de sauver "Libération" du dépôt de bilan, à la demande insistante de l'Elysée. Quant au propriétaire de Free, Xavier Niel, l'autre grand opérateur de téléphonie et d'Internet, il est devenu, en 2010, le principal actionnaire du "Monde" en compagnie de Pierre Bergé et de Mathieu Pigasse. Depuis cet achat, sa fortune a prospéré, pour atteindre 7,83 milliards.

Cette première question en appelle une autre, plus perverse : quels sont les quotidiens les plus aidés par l'Etat ? Réponse, selon les chiffres 2013 rendus publics par l'Etat :

"Le Figaro " : 16 179 637 euros

"Le Monde" : 16 150 576 euros

"Aujourd'hui en France : 11 997 569 euros

Compte tenu de leurs tirages moins élevés, "Libé" et "les Echos" ne reçoivent respectivement "que" 9 932 531 euros et 4 039 648 euros. Une mention spéciale pour Bernard Arnault, désormais homme le plus riche de France : ses trois quotidiens ont accumulés, l'an dernier, plus de 20 millions d'euros de subventions. Car en 2014, à quelques dizaines de millions d'euros, le trio de tête demeure le même : "Le Figaro", "Le Parisien-Aujourd'hui en France" et "Le Monde".

Ainsi, force est de constater que, plus le propriétaire d'un journal français est riche, plus il obtient d'argent public. Grâce à quoi il peut éviter d'investir lui-même, ne serait-ce que quelques miettes de sa fortune. Acheter de l'influence en possédant l'un des principaux quotidiens français, qui prônent en général la non-intervention de l'Etat, tout en profitant des millions dudit Etat, c'est un exploit qui est réservé aux milliardaires français.

"Le Canard Enchainé", 26/08/2015

Commenter cet article