Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chauffage...

Publié le par ottolilienthal

75% des Français déclarent avoir froid chez eux

Le budget global alloué au chauffage représente pourtant, en moyenne, 14% des dépenses totales des familles...

Un quart des Français (75 %) ont confié avoir froid chez eux, qu’ils se chauffent au gaz, à l’électricité ou au fuel. Selon un sondage dévoilé par RTL ce mardi matin, 23 % des personnes interrogées par Opinion Way pour le site Quelleenergie.fr ont déclaré qu’elles avaient « systématiquement froid » dès lors qu’elles étaient dans leur logement.

Les plus de 60 ans ressentent moins de froids que les moins de 35 ans

Dans le détail, les femmes sont plus frileuses puisqu’elles sont 82 % à ressentir le froid chez elles, contre 66 % des hommes. Autre enseignement tiré de ce sondage : les plus de 60 ans ressentent moins de froids que les moins de 35 ans.

Un constat qui explique, en partie, que les ménages français consacrent en moyenne 14% de leur budget au chauffage de leur logement. Ceci alors que 32 % des Français déclarent même y consacrer plus de 15 % de leurs finances et que 24 %, entre 5 et 9 % de leur budget.

Seuls 17 % des Français s’avoueraient « prêts à envisager des travaux d’isolation »

Reste que le manque d’isolation est souvent à l’origine de cette part conséquente du budget global alloué au chauffage. « On peut dépenser beaucoup d’argent à chauffer une maison, mais si elle est mal isolée on chauffe autant l’extérieur de la maison que l’intérieur. Et donc au final on a froid et on dépense beaucoup d’argent », a ainsi précisé à RTL Thibaut de Robien, directeur marketing et commercial de Quelleenergie.fr.

Qu’importe l’économie d’énergie, seuls 17 % des Français s’avoueraient « prêts à envisager des travaux d’isolation » qui permettraient de réduire leur facture énergétique, et cela malgré les avantages fiscaux. Et selon Thibaut de Robien, la tendance ne devrait que se renforcer : « Ce qui est alarmant, c’est qu’on peut s’attendre à ce que l’énergie coûte plus cher dans les prochaines années. Donc le constat qu’on fait aujourd’hui risque de s’aggraver ».

 

Commenter cet article