le coin des seniors

Publié le par ottolilienthal

Pour rester connectés, les seniors tablent sur la tablette

Nouvel exemple de la diversification de ses activités : La Poste déploie depuis quelques mois en Saône-et-Loire une tablette numérique conçue pour les personnes âgées. Reportage lors d’une mise en service par une postière dans une résidence seniors de Chalon-sur-Saône.

 

C’est mon fils qui va être content ! », confie Françoise Boy. Confrontée à la tablette Ardoiz que Magali Vallot vient de déballer sous ses yeux, la coquette octogénaire affiche pourtant un air vaguement perplexe. « C’est très intuitif », tente de la rassurer la postière, venue mardi matin dans cette résidence chalonnaise pour assurer la « mise en route » de la tablette. La dame, qui n’a jamais utilisé un ordinateur, se concentre sur les explications de la postière. Après avoir détaillé le contenu du carton - tablette, notice et accessoire - celle-ci allume l’appareil et le connecte sur le réseau 3G (téléphonie mobile). En quelques secondes, elle crée une adresse mail pour Françoise, sur le modèle prenom.nom@ardoiz.fr.

« Ne pas les brusquer »

Voilà la Chalonnaise parée pour envoyer son premier mail. Encore faut-il se familiariser avec le clavier sur l’écran, la touche Capitales ou la barre d’espace, tout de même bien pratique pour séparer les mots… Sans oublier le principe le plus important : poser ou glisser son doigt sur l’écran pour commander les fonctions. Car si l’ergonomie d’Ardoiz a été spécialement conçue pour les seniors (applications pré-installées, navigation simplifiée, taille des caractères réglables), elle nécessite tout de même une certaine initiation.

« Officiellement, l’installation de la tablette est censée durer une quinzaine de minutes, expose Magali, qui a suivi une formation spéciale pour assurer ce service à domicile. Mais en pratique, je reste souvent quarante-cinq minutes, voire une heure. Les personnes âgées, on ne peut pas les brusquer. Je préfère prendre mon temps, garder le lien social. C’est aussi l’image de La Poste qui est en jeu. »

Selon la postière, les personnes commandent la tablette pour contrer l’ennui (des jeux et des magazines sont proposés) et surtout communiquer avec leur famille. Par curiosité aussi. « Une fois, un monsieur m’a dit en plaisantant : avant de mourir, je voudrais connaître internet. »

« La Poste s’oriente résolument vers la silver économie (*), conclut Nathalie Bouley, attachée de presse. Notre atout, c’est la proximité. L’idée est d’éviter la rupture numérique pour les seniors ».

Mardi 4 avril 2017. Françoise, 89 ans, a envoyé à son fils installé en Suisse le premier mail de sa vie.

(*) Filière économique des produits et services destinés aux personnes âgées de plus de 60 ans.

Point par point

Combien ça coûte ?

Au prix de la tablette (219 €), il faut ajouter l’abonnement au service : 9,99 € par mois si vous disposez d’une box internet ; 19,99 € par mois pour la connexion par 3G (incluse dans la tablette).

Hors tournée

L’installation des tablettes à domicile est l’un des nouveaux services proposés par le groupe La Poste. Comme il y a quelques années pour l’installation des décodeurs TNT, il s’agit d’une intervention plus technique. Elle n’est donc pas effectuée par les facteurs durant leur tournée de courrier, mais par des encadrants ou des « facteurs qualité », en dehors de leurs heures de distribution.

Plus de 90 tablettes installées

En Saône-et-Loire, depuis le lancement de ce service fin 2016, 93 tablettes ont été installées par les facteurs, dont 39 dans le Chalonnais. Une cinquantaine de facteurs qualité et encadrants sont formés dans le département pour installer les tablettes Ardoiz chez les particuliers.

Facilotab

Proposée par l’entreprise CDIP, la tablette Facilotab offre le même type de configuration adaptée aux seniors. Cette concurrente d’Ardoiz peut être commandée en ligne (facilotab.com). Certaines maisons de retraite la proposent à leurs résidents.

20 Selon le baromètre du numérique 2016 du Crédoc (Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie), 54 % des plus de 70 ans disposent d’un ordinateur à domicile, mais seulement 20 % possèdent un smartphone et 17 % une tablette tactile.
 
Damien Valette
 

« Les seniors ont souvent peur de toucher »

Olivier Baron, technicien et animateur en informatique à l’Espace public numérique du Breuil

« Incontestablement, les tablettes numériques sont plus faciles à utiliser que les ordinateurs pour les seniors. On dit que leur fonctionnement est plus intuitif. C’est parfaitement vrai pour les plus jeunes, qui en quelque sorte “naissent avec”. C’est aussi vrai pour les personnes plus âgées, mais pas autant. Certains cherchent la complication là où il n’y en a pas. Et beaucoup ont une grosse appréhension. Ils ont peur de toucher et de détraquer, contrairement aux enfants qui eux touchent à tout…

Il peut y avoir quelques soucis au moment d’allumer la tablette pour la première fois. En principe, il faut fournir quelques renseignements pour la configurer : nom, adresse mail… Mais souvent, ce sont les petits-enfants qui le font à la place des seniors, à toute vitesse. Après, ils leur disent : “T’as juste à cliquer là”. Sauf qu’une fois seuls, les grands-parents ne s’y retrouvent pas forcément. Souvent, ça part d’un bon sentiment, par exemple en leur installant des raccourcis pour leur faciliter la vie. Sauf que s’il y a une mise à jour, les raccourcis disparaissent ou changent de place. Et changer les habitudes, c’est très perturbant.

En début d’année, à l’Espace public numérique, on a organisé une première approche des tablettes pour les seniors. Certains avaient du mal avec les portables. Depuis qu’ils ont acheté une tablette, ils ne se servent plus que de ça. Sur un ordinateur, la simple action de copier-coller une photo, avec le clic gauche puis le clic droit, peut semble difficile à une personne âgée. Sur une tablette, envoyer une image par mail est beaucoup plus simple grâce au bouton Partager. »

Propos recueillis par Damien Valette

Les smartphones s’adaptent aussi

Un peu plus loin, chez SFR, on commercialise un smartphone spécial seniors. L’objet - un Doro 8031 - a été conçu pour les personnes âgées souhaitant pouvoir bénéficier des applications et services que seuls peuvent offrir les téléphones à écran tactiles. Police d’écriture plus grande, son plus fort et appel d’urgence font partie des incontournables dans ce créneau. L’utilisation est simplifiée au maximum avec accès direct aux fonctions de base : appeler, voir, envoyer. « On en vend une douzaine par mois en moyenne, en plus d’une demi-douzaine de 413 non-tactiles », indique Charlène Coelho, responsable de la boutique chalonnaise.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article