maladie de Lyme

Publié le par ottolilienthal

Maladie de Lyme : il faut rétablir la vérité scientifique !

Un syndrome, dont on ignore encore la cause, suscite beaucoup de passions et de contre-vérités. Pour en sortir, il faut financer la recherche.

 

 

Les maladies sans causes établies sont souvent l'objet de tensions, de colères, voire de mouvements de protestation. C'est le cas de l'autisme ou encore de la sclérose en plaques pour laquelle la recherche effrénée d'une cause a amené à incriminer sans raison les vaccins.

Une autre maladie sans cause connue fait beaucoup parler d'elle. Parfois étiquetée « fatigue chronique » ou « fibromyalgie », elle regroupe des symptômes divers : fatigue, sueurs, insomnie, douleurs articulaires... Actuellement, certains voudraient y voir les séquelles de la maladie de Lyme. Il faut être clair : aucun scientifique travaillant sur ce domaine ne valide cette théorie.
J'ai été le premier au monde à définir, par une méthode de biologie moléculaire de pointe appelée western blot, les critères sérologiques de cette maladie, qui font aujourd'hui l'objet d'un consensus scientifique, et mon laboratoire est celui qui travaille le plus sur les maladies transmises par les tiques. Ni moi ni les meilleurs spécialistes européens et américains ne croyons à l'hypothèse de la maladie de Lyme.

 

 

La compassion ne fait pas diagnostic

La médecine nécessite de faire preuve de précaution et non d'émotion. Ce syndrome mérite mieux que de la théâtralisation, il demande de la recherche. Nous avons récemment publié des travaux sur des bactéries (Bartonella) trouvées dans le sang de patients atteints de tels symptômes, ce qui constitue une piste. Nous avons aussi déposé un projet de recherche pour identifier les causes de ce syndrome, et nous ouvrirons bientôt un centre spécialisé dans les affections dues ou présumées dues aux piqûres de tiques.

La compassion pour les malades désespérés par l'ignorance actuelle sur les causes du mal dont ils souffrent est indispensable, mais elle ne fait pas diagnostic. Le diagnostic se fera grâce au travail des chercheurs spécialisés dans les maladies infectieuses.

De même, si l'on ignore encore la cause de ces troubles, on sait par contre qu'aucun antibiotique ou autre produit existant n'améliore objectivement l'état des patients.

Il ne faut donc pas entretenir de fausses illusions : il ne s'agit pas de la maladie de Lyme, et les antibiotiques ne guérissent pas les malades. Mais la solution existe et on la trouvera à force de recherches.

 

 

Le professeur Didier Raoult est spécialiste des maladies infectieuses tropicales émergentes à la faculté de médecine de Marseille.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Greg 28/08/2020 16:55

Merci pour cette page, c'est vrai qu'il n'est pas facile de s'y retrouver ni au niveau des diagnostics ni au niveau des traitements. Un vrai casse tête !