Virus et antibiotiques : c'est plus compliqué que ça

Publié le par ottolilienthal

 

L'une des idées reçues les plus fréquentes en médecine concerne l'inefficacité des antibiotiques sur les infections virales. Une idée obsolète.

 

Les simplifications outrancières des messages de santé véhiculées par les médias amènent à des contresens qui malheureusement commencent à gagner même ceux qui pratiqueront la médecine. L'un des plus spectaculaires est celui de l'activité ou de l'inactivité des antibiotiques sur les virus. L'incompréhension remonte au XIXe siècle quand on a identifié pour la première fois l'antagonisme de microorganismes entre eux. Ainsi, les champignons – que l'on trouve dans le roquefort, le vin et la bière – empêchent la multiplication des bactéries pathogènes. Les Lactobacillus et les bactéries qui fermentent le lait ont une action identique. Elles le font par la sécrétion de produits à activité antibiotique qui, depuis le XXe siècle, ont connu une utilisation massive.

L'efficacité de ces antibiotiques sur les virus qui vivent à l'intérieur des cellules n'avait pas été évaluée, plus encore, la culture des virus au laboratoire se faisait avec l'aide d'un certain nombre d'antibiotiques qui permettaient d'empêcher la contamination artificielle – par souillure – des cultures. Ceci a amené à une dichotomie, bactérie-virus. Comme souvent les gens n'ayant qu'une connaissance partielle sont devenus les ayatollahs de l'incompatibilité antibiotique-virus. Celle-ci a même fait l'objet d'affiches diffusées dans tous les cabinets médicaux : on ne traite pas les infections virales avec les antibiotiques.

Or ce n'est pas si simple, d'abord on est en train de se rendre compte que de nombreux antibiotiques ont une activité antivirale. Ainsi, certains d'entre eux (le targocid, l'ivermectine) sont efficaces sur le virus Ebola et la plupart des membres de cette famille, mais ils n'avaient jamais été testés jusqu'à un passé récent !

Surinfections

Par ailleurs, les infections mêlent souvent virus et bactéries. C'est le cas des infections virales respiratoires. La plupart du temps, elles sont associées à des surinfections bactériennes ou à des co-infections, ce qui les rend plus graves. Des outils nouveaux montrent que près de 10 % des enfants qui se présentent aux urgences avec une infection virale respiratoire ont aussi une bactérie pathogène dans le sang ! Chez ces enfants, l'existence d'une forme d'infection sévère avec un virus dans la gorge doit entraîner la recommandation d'un traitement antibiotique ! De la même façon, une partie encore importante des gens qui meurent lors d'une grippe succombent d'une surinfection bactérienne. Il n'y a donc rien de condamnable dans le traitement d'une infection virale par un antibiotique.

Dernier élément, le rôle des microbes qui vivent sur nos muqueuses. Certains nous protègent des virus en sécrétant des molécules antivirales, comme les antibiotiques, d'autres, au contraire, favorisent l'entrée des virus. C'est le cas de ceux responsables d'atteintes digestives et de méningites (Entérovirus) chez lesquelles on a montré que la prescription d'antibiotiques empêchait le virus d'être pathogène (1). Tout ceci amène à avoir une réflexion plus nuancée que celle du discours simpliste : discours « virus = pas d'antibiotique », qui, lui, date du XXe siècle !

(1)  Karst S.M. "The influence of commensal bacteria on infection with enteric viruses". Nat. Rev. Microbiol

 

 

Le professeur Didier Raoult est spécialiste des maladies infectieuses tropicales émergentes à la faculté de médecine de Marseille.

Commenter cet article