Jean-Michel Cohen suspendu par l'Ordre des médecins

Publié le par ottolilienthal

 

Le très médiatique expert en nutrition a été interdit d’exercer la médecine pendant deux ans, dont un an avec sursis, par l'organisme professionnel. Et ce, en octobre 2015...

 

Vous avez entendu sa voix et déjà vu sa tête. Forcément. Le nutritionniste Jean-Michel Cohen est un habitué des plateaux télé, radio, et des colonnes des journaux. Avec ces interventions régulières dans les médias, le médecin jongle avec son cabinet qui ne désemplit pas, l'écriture de ses livres et aussi, un site internet d'accompagnement de perte de poids. Seulement voilà, "le business gourmand" du nutritionniste a été sanctionné par l'Ordre et cela, très discrètement, en octobre 2015, comme vient de le révéler Buzzfeed.

Sur le site en question, pour 29 euros pour un mois ou 89 euros pour six mois, on propose aux internautes un coaching personnalisé : un mail signé Jean-Michel Cohen chaque jour, des listes de courses, des recettes... Ce site est géré par une entreprise, Anxa, qui reverse, depuis 2007, 10% des bénéfices à Jean-Michel Cohen qui, au moment de "l'affaire Dukan", rappelle Buzzfeed, disait s’être fait préciser "les règles du jeu" par l’Ordre des médecins. Et qu'il s'était donc assuré de n'indiquer sur cette plateforme «ni adresse de mon cabinet, ni coordonnées, ni titre de médecin, ni conseils médicaux», afin de ne pas être accusé de faire du commerce, ce qui est contraire au code de déontologie du médecin.

C'est pourtant son activité sur ce site, qui lui a valu une sanction: «BuzzFeed News a constaté que la chambre disciplinaire nationale de l’Ordre des médecins lui a infligé en octobre 2015 une interdiction d’exercer la médecine pendant deux ans, dont un an assorti de sursis, pour avoir contrevenu à l’obligation de s’abstenir de tout procédé publicitaire et à l’interdiction de pratiquer la médecine comme un commerce».

Le nutritionniste star a déposé un recours devant le Conseil d’État. Un sursis à exécution de la sanction a été décidé jusqu’à la décision de la juridiction, attendue selon le médecin d’ici la fin de l’année 2016.

Commenter cet article