Australie, terre de contrastes

Publié le par ottolilienthal

S’expatrier en Australie pour travailler devient de plus en plus complexe

Le premier ministre australien a annoncé mardi 18 avril que le visa 457, qui permettait à des personnes qualifiées de s’installer dans le pays, allait être supprimé.

 

Le système d’immigration choisie de l’Australie a souvent été cité en exemple par Donald Trump et par les partisans du Brexit. Mais le gouvernement conservateur australien a annoncé mardi 18 avril son intention d’aller plus loin. « Priorité aux Australiens », a déclaré sur Facebook le premier ministre Malcolm Turnbull, alors que l’économie ralentit (depuis la fin du boom minier en 2012, la croissance est passée de 3,6 % à 2,9 % en 2016) et le taux de chômage grimpe.

Lire aussi :   Canada, Australie : quel est ce système de l’immigration choisie vanté par Donald Trump ?

Le visa 457, qui permettait à des personnes qualifiées ayant décroché un contrat avec une entreprise australienne de venir dans le pays, va être supprimé.

Près de 96 000 personnes se trouvent actuellement en Australie grâce à ce visa créé en 1996 pour combler des manques de main-d’œuvre. Les Indiens représentent presqu’un quart de celles-ci, suivis des Britanniques puis des Chinois. De nombreux Français en ont aussi profité. Ces travailleurs sont aussi bien informaticiens, ingénieurs que sages-femmes : plus de 650 métiers donnaient accès à ce sésame. Ces migrants ont été autorisés à s’installer avec leur famille. Ce titre temporaire, d’une durée de quatre ans, permettait d’accéder sous certaines conditions au statut de résident permanent puis à la nationalité australienne. Près de 28 % des Australiens sont nés à l’étranger, selon le Bureau de la statistique.

200 métiers seront supprimés de la liste

Ce visa était régulièrement critiqué, ses détracteurs jugeant que des emplois étaient pris par les étrangers. M. Turnbull semble avoir été convaincu. « Nous ne laisserons plus les visas 457 être des passeports pour des emplois qui pourraient et devraient aller à des Australiens, a-t-il déclaré. Un employeur ne doit pas faire venir un travailleur étranger simplement parce que c’est plus facile qu’embaucher un Australien. »

Lire aussi :   Le gouvernement australien veut interdire les immigrés clandestins de séjour à vie

Le nouveau visa sera valable deux ans, et renouvelable une fois. Environ 200 métiers seront supprimés de la liste donnant accès à ce titre, selon le média public ABC. Pour l’obtenir, une expérience professionnelle de deux ans sera requise, le niveau d’anglais demandé sera plus élevé et le casier judiciaire contrôlé. Surtout, les bénéficiaires ne deviendront pas résidents permanents. Un autre visa pour les travailleurs les plus qualifiés sera créé, mais il sera lui aussi plus restrictif.

Le premier ministre, qui gouverne avec une très courte majorité, a démenti avoir agi sous la pression des élus les plus conservateurs au sein de sa formation politique. Le parti anti-immigration One Nation, lui, s’est attribué le mérite de cette réforme.

 

Commenter cet article