aérien : effondrement

Publié le par ottolilienthal

Trafic aérien post-covid


Commentaire de Jean-Marc Jancovici :


"Dans l'essentiel des régions du monde, le trafic aérien international est toujours proche de son point bas, aux alentours du quart de son niveau normal, selon les analyses de Rystad Energy.

Le trafic domestique est descendu moins bas, mais n'a retrouvé nulle part son niveau d'avant covid.

Cet épisode est illustratif d'une réalité : dans le monde fini, aucun flux physique (et le transport aérien en est un) ne peut croître indéfiniment. Si ce n'est pas nous qui gérons la fin de la croissance, cette dernière arrivera à cause d'un événement qui ne dépendra pas de notre volonté. Le covid est un exemple (parmi beaucoup d'autres possibilités) d'une telle évolution involontaire....

Va-t-il nous inspirer un peu plus de sagesse pour notre vision de l'avenir ? A voir les innombrables appels au "retour de la croissance" qui est la seule évolution possible pour l'avenir (alors qu'elle ne peut pas durer très longtemps, donc, voire pas du tout), ce n'est pas sur !"


(publié par Joëlle Leconte)

 

https://www.facebook.com/jeanmarc.jancovici/posts/10159593824447281

L’aviation est le seul moyen de transport qui ne paie pas de TVA sur les carburants et les compagnies sont devenues expertes dans l’art de l’optimalisation fiscale. C’est avec un certain amusement que l’on observe cette industrie venir demander de puiser dans les impôts des citoyens pour les sauver. Motif: "too big to fail". Cet argument avait fonctionné à merveille en 2008 avec les banques.

En avril, le transport aérien a connu une chute de 53% à travers le monde et de 90% en Europe et aux USA.

Selon le Washington Post, de 2014 à 2019, les compagnies aériennes américaines: American, Delta, Southwest et United ont dépensé pour 44,7 milliards $ pour payer des dividendes et racheter leurs actions. Ces mêmes compagnies demandent maintenant une aide de 50 milliards $ aux contribuables américains!

British Airways a licencié 12'000 employés sur 42'000. Virgin Australia s’est mis en faillite tout comme Norwegian Air Shuttle. Scandinave SAS se sépare de 5'000 employés. L’Airbus A380 ne sera plus fabriqué. Lancé en 2005, le super avion est trop gourmand et entasser 500 personnes dans un avion n'est plus un concept à la mode. Airbus travaille avec le gouvernement Macron afin de préparer un chèque en blanc ou une deuxième version avec un chiffre dessus mais avec beaucoup de zéros.

De la part de Berlin, Lufthansa va recevoir une aide de 66’000€ par employé. La compagnie allemande négocie également avec l’Autriche, la Suisse et la Belgique pour ses sociétés filles Edelweiss, Swiss et Brussels Airlines. La Suisse doit encore valider un prêt de Frs 190'500 par employé. KLM & Air France vont recevoir une aide publique de 245'000 € par employé. La palme du plus grand jackpot revient à Boeing. L’administration Trump va verser une subvention de 392'000 $ par employé.

(extrait de : https://2000watts.org/index.php/energies-fossiles/peak-oil/1157-energies-economie-petrole-et-peak-oil-revue-mondiale-avril-2020.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article