Bertrand Cantat

Publié le par ottolilienthal

Bertrand Cantat perd son procès en diffamation contre « Le Point »

L'ex-leader de Noir Désir, Bertrand Cantat, a perdu le 16 janvier le procès en diffamation qu'il nous avait intenté à la suite d'une enquête publiée en 2017.

Publié le | Le Point.fr
 
 

Violence de Cantat : il y a eu omertà, selon un membre de Noir Désir

 

 

Bertrand Cantat avait déjà été violent avec ses petites amies avant qu'il tue sa compagne l'actrice Marie Trintignant à Vilnius (Lituanie), en août 2003, révèle une enquête du Point publiée ce jeudi.

Selon un membre de Noir désir, l'ancien groupe du chanteur bordelais, interrogé par l'hebdomadaire, les membres du groupe étaient au courant de ces faits, mais ont choisi de ne rien dire lorsqu'ils ont été entendus par un juge lituanien, durant le procès de Bertrand Cantat, en 2005.

Un silence qu'avait demandé Kristina Rady, épouse du chanteur, qui souhaitait que ses enfants ne sachent pas que leur père était violent.

Elle-même a nié avoir été battue par Bertrand Cantat, alors que ça avait été le cas, selon ce membre de Noir désir.

"Je savais qu’il avait tenté d’étrangler sa petite amie en 1989"

"Je savais qu’il avait frappé la femme avec qui il était avant Kristina. Je savais qu’il avait tenté d’étrangler sa petite amie, en 1989. Je savais qu’il avait frappé Kristina. Mais ce jour-là, nous avons tous décidé de mentir. Nous étions tous sous son emprise. Et nous pensons qu’il se soignerait", avoue le membre de Noir désir.

Selon le musicien, "beaucoup de gens dans le milieu bordelais savaient que Kristina avait été battue avant l’affaire Vilnius, mais ils se sont tus". Une information confirmée au Point par un journaliste bordelais.

Lorsqu'il est sorti de prison, en 2007, Kristina Rady s'est remise avec le chanteur. Mais, par la suite, ne supportant pas qu'elle le quitte pour un autre, Bertrand Cantat l'aurait harcelée et menacée.

Rady cachait ses enfants

Une voisine raconte d'ailleurs que Kristina Rady lui avait confié ses enfants :  "Elle avait peur que son mari ne vienne la chercher violemment", assure-t-elle.

Enfin, Le Point rend compte d'un message vocal laissé par Kristina Rady sur le répondeur de ses parents, en 2009 : "J'espère qu'on va pouvoir s'en sortir et que vous pourrez encore entendre ma voix, et sinon, alors vous aurez au moins une preuve que…", dit-elle, après avoir évoqué des violences physiques et psychologiques, et raconté avoir "échappé au pire" à plusieurs reprises.

Kristina Radi s'est suicidée le 10 janvier 2010, à 41 ans.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article