Joyeux Noël...

Publié le par ottolilienthal

Les accidents de Noël les plus stupides à éviter

Quelques conseils pour ne pas gâcher son réveillon de Noël. Avant le jour J, on fait l’inventaire de ce qui cloche chez soi. Le jour J, on festoie mais on reste vigilant !

Les trottoirs glissants : on attend pour faire son élégante

Les entorses et fractures, c’est un classique des services des urgences les soirs de réveillon. Les femmes font leur élégante même pour sortir dans la rue. Des chaussures à talon aiguille sur des trottoirs glissants, ce peut être très périlleux. Donc, on les met dans son sac et on les chausse sur le palier.

Le sapin : on ne le décore pas avec des bougies

Un sapin s’embrase en trente secondes chrono. Donc, on ne l’installe pas à côté du poêle et on ne met pas n’importe quoi dessus. Le conseil tombe sous le sens mais si, cela arrive : il y a encore des personnes qui le décorent avec des (vraies) bougies et, pire, qui allument la mèche. On se méfie aussi des guirlandes électriques, qu’on prend soin d’éteindre la nuit ou quand on s’absente. Et on stabilise bien le tronc du sapin pour éviter que des petits enfants s’assomment avec.

Le poisson : on n’avale pas tout rond

Les grosses arêtes de poisson bloquées dans les amygdales, c’est un accident fréquent de début de soirée, remarque un médecin des urgences, qui a dû souvent sortir une pince pour libérer les gorges des gloutons.

La cheminée : on éloigne les papiers cadeaux

Avant une flambée, vous avez pris soin de retirer votre tapis mais avez-vous pensé aux emballages cadeaux jetés juste à côté ? On n’oublie pas non plus – si possible avant le réveillon –, de s’inquiéter de l’état du conduit. Les feux de cheminée, c’est l’angoisse des pompiers qui en font beaucoup. Contactez un ramoneur (professionnel) qui vous fournira une attestation indispensable pour l’assurance.

Au SDMIS (service départemental métropolitain d’incendie et de secours), on se souvient d’un feu de toiture le soir de Noël, provoqué par la combustion de suie dans un conduit. Les gens dînaient et n’avaient pas remarqué que tout brûlait au-dessus d’eux. Ce sont les voisins qui avaient composé le 18.

Les verres d’alcool : on ne les laisse pas traîner

Noël réunit petits et grands donc les verres sur les tables basses, on les termine ou alors on les surveille. Les pompiers sont intervenus il y a quelques années au domicile de parents dont le petit de 4-5 ans titubait. Il avait sifflé, avec les cousins, les verres de champagne des invités, et avait trouvé que c’était bien meilleur que le Champomy.

La bouteille de champagne : on ne vise pas son voisin

C’est le genre de conseils que tout le monde connaît mais qu’il est bon de rabâcher, surtout en fin de repas quand on contrôle moins ses gestes. La bouteille de champagne, on s’en méfie sérieusement. Soit on se cache sous la table, soit on recommande au préposé à la manœuvre d’orienter (vraiment) le goulot vers le haut, de bien maintenir le bouchon et de ne pas agiter la bouteille dans tous les sens ! Un bouchon de liège dans le globe oculaire propulsé à une vitesse qu’on préfère ignorer, ça peut être très grave (et faire très mal) et vous conduire direct aux urgences. Perdre son œil de lynx pour quelques bulles, ça serait trop bête.

L’idée cadeau des pompiers

Pas vraiment rassurés avant ce réveillon, les pompiers vous conseillent d’offrir un détecteur de fumée. C’est petit, ça ne coûte pas cher et ça sauve des vies. C’est aussi obligatoire depuis le depuis le 1er  janvier 2016.

La Saint-Sylvestre aussi

Les réveillons peuvent être dramatiques. Les pompiers se souviennent notamment de la nuit de la Saint-Sylvestre de 2008. Un sexagénaire avait trouvé la mort chez lui, dans son appartement de la rue de la République, qui avait entièrement flambé. Les logements voisins et même les immeubles mitoyens avaient été touchés. À l’époque, on avait parlé d’un accident domestique en plein repas : les convives faisaient flamber des gambas.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article