Le Bouillon Chartier Montparnasse, le restaurant le moins cher de Paris

Publié le par ottolilienthal

 

Bouillon Chartier Montparnasse | Maxime Ledieu
Bouillon Chartier Montparnasse | Maxime Ledieu

Le groupe Joulie (brasseries le Congrès Maillot, le Wepler, Chartier Grands Boulevards) a transformé l'enseigne Montparnasse 1900 en un second Bouillon Chartier logé dans un admirable décor Art Nouveau: murs en céramique de Louis Trézel, miroirs de boiseries chantournées. Le site classé vaut à lui seul le voyage: en face de la tour Montparnasse, le contraste architectural est saisissant.

Salle du restaurant Bouillon Chartier Montparnasse | Maxime Ledieu

 
 

 

Les frères Chartier, créateurs du concept «bouillon» vers 1860 –on ne servait que des bouillons de saison– ont lancé l'établissement montparno en 1903 devenu Bistrot de la Gare et le second Chartier aujourd'hui où l'on perpétue la tradition d'un vrai repas simple et généreux à petit prix.

Au Bouillon Chartier, œuf dur mayonnaise | Gourmets&Co

Sur la carte d'une quarantaine de plats, on trouve l'essentiel de la cuisine française de tradition: l'œuf dur mayonnaise (2 euros), la terrine de campagne (3,50 euros), les poireaux vinaigrette (3 euros) en passant par les douze escargots sans origine (14,80 euros), le hareng pommes à l'huile (3,80 euros), le bloc de foie gras de canard frais (7,50 euros) et la quenelle de brochet au coulis de crustacés (8,50 euros), heureuse surprise.

Ce jour-là un seul poisson, la daurade royale au four sauce vierge (13 euros, bon prix).

Au Bouillon Chartier, poulet fermier rôti frites | Gourmets&Co

C'est dans le cortège de préparations classiques un brin canailles que l'on découvre les plats les plus goûteux: le sauté de veau Marengo, très demandé (11,20 euros), le plantureuse choucroute alsacienne (10,80 euros), le petit salé aux lentilles (8,80 euros), la tête de veau sauce gribiche (11,80 euros), le poulet fermier rôti frites fraîches (9 euros), l'andouillette grillée sauce moutarde (11,70 euros), le confit de canard pommes grenailles (10,60 euros) et le pavé de rumsteck sauce poivre, frites (11,60 euros).

Au Bouillon Chartier, le pot-au-feu | Gourmets&Co

 

Cet ensemble alléchant est bien préparé, sans génie, mais l'appétit est comblé par les garnitures attendues: les frites abondantes, les sauces bienvenues, peut-être un peu chiches. Les portions pourraient être plus abondantes: le poireau est coupé en deux mais cinq pommes à l'anglaise escortent le veau Marengo.

Il manque le souci du détail, la finition des plats (poivre) et des assaisonnements plus nets. Ah les goûts!

Cela dit le service est rapide, jusqu'à 700 couverts par jour soit plus de 200.000 par an, un record en France.

Il est à noter que le Bouillon Chartier accueille toutes les classes sociales, de l'employé·e modeste au cadre supérieur·e en passant par les bourgeois·es fins becs, les retraité·es et les générations montantes clientes des cinémas alentours ou travaillant dans les étages de la tour Montparnasse.

Au Bouillon Chartier, les tripoux de la maison Savy | Gourmets&Co

Il s'agit de nourrir une masse de mangeurs au mieux. La saucisse est de Francfort (6,50 euros), les tripoux de la maison Savy (10 euros) et le bleu d'Auvergne (2,60 euros). Mousse au chocolat maison parfumée (3,10 euros) et le baba au rhum (4,60 euros). Rouges et blancs de Touraine signés Henry Marionnet (17 euros).

59 boulevard du Montparnasse 75006 Paris. Tél.: 01 45 49 19 00. Menu suggestion à 17 euros. Carte de 13 à 30 euros. Pichet de sangria de 50 centilitres à 6 euros. Crémant d'Alsace blanc ou rosé à 4,50 euros la coupe. Pas de fermeture.

Nicolas de Rabaudy

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article