Tout va bien..notes éparses...

Publié le par ottolilienthal

Le système a réussi, grâce au progrès technologique, à rendre ses esclaves totalement dépendants de lui.

Oui, particulièrement ceux qui sont très loin de pouvoir subvenir à leurs besoins de leurs propres mains. Les gens qui vivent dans les villes, plus de 80% de la population des pays riches, sont totalement dépendants des chaînes d’approvisionnement industrielles très techniques et complexes pour ce dont ils ont besoin pour vivre. Ils sont esclaves de la modernité.

Pour ces gens, attendre de voir ce qui se passe est autodestructeur. Rien de bon ne peut arriver car tout le monde est esclave du fonctionnement de l’industrie moderne. Il est difficile que de bonnes choses se produisent quand personne n’a d’agence pour se préparer au moment où la modernité disparaît et où ils seront libres (de mourir de faim).

Il est vrai qu’il n’y a pas de ligne de retraite pour la ville moderne, mais pour quelques chanceux, la ligne de retraite mène à la ferme rurale, la seule circonstance qui offre une occasion, même minime, d’échapper à l’esclavage industriel et au « chaos de masse, la mort, etc. » qui surviendra lorsque l’industrie fléchira et, inévitablement, échouera. Le meilleur plan d’action est de quitter la ville tant que vous le pouvez encore.

Cette recommandation peut sembler répétitive et se rapporter au mouvement de « retour à la terre » vieux de plusieurs décennies, mais même si certaines vérités sont éternelles, elles doivent être répétées de temps à autre. « Retournez au jardin ».

(internaute)

Quoi qu'il en soit, la seule chose dont nous pouvons être sûrs, c'est que les troupes qui ont débarqué le jour J savaient très peu de choses (en dehors de la propagande de base diffusée au grand public) sur les atrocités nazies, qui étaient gardées secrètes par les agences de renseignement occidentales de peur de renseigner les Allemands sur les espions occidentaux et le décryptage occidental.

Si les troupes de l'Armée rouge ont pu constater de visu les atrocités nazies en libérant des milliers de kilomètres de territoire soviétique en 1943 et 1944, ces faits sont restés largement inconnus à l'Ouest.  En effet, même la libération des camps de la mort par l'Armée rouge à la fin de 1944 et au début de 1945 a été ignorée et rejetée à l'Ouest.  Ce n'est donc qu'après que les alliés occidentaux eurent franchi le Rhin pour pénétrer à l'intérieur de l'Allemagne, en mars 1945, que les troupes et les médias occidentaux commencèrent à prendre conscience de toute l'horreur du régime nazi.  Comme l'a annoncé Eisenhower à la suite d'une visite des camps de Buchenwald, « on dit que le GI américain ne sait pas pour quoi il se bat.  Au moins, il sait maintenant contre quoi il se bat".

https://consciousnessofsheep.co.uk/2024/06/07/d-day-dummies/

Le candidat #1 est malade de plusieurs maladies, ment quand cela lui convient et est infidèle à sa femme. Le candidat #2 boit une énorme quantité d’alcool et s’endort avec des pilules. Le candidat #3 est un héros de guerre, un végétarien sobre, aime les animaux, etc.

Les élèves choisissent évidemment le numéro 3. Puis l’enseignant leur montre les photos de chacun des candidats. Le numéro 1 est Franklin Roosevelt. Le numéro 2 est Winston Churchill. Le no 3 est Adolph Hitler.

« La clé de la paix est que chaque pays ait une productivité et quelque chose à échanger qui soit souhaitable. »

Je reconnais que les États-Unis ne peuvent en aucun cas se réindustrialiser.

Nous n'avons pas les ressources énergétiques ni les personnes compétentes pour les utiliser.

(Gail Tverberg)

Mark Twain : « Il est plus facile de tromper les gens que de les convaincre qu’ils ont été trompés. »

https://twitter.com/elonmusk/status/1786365165463605754

Elon Musk.

"Nous devons faire quelque chose pour notre dette nationale ou le dollar ne vaudra rien."

Margaret Thatcher a été à l’origine du pire ralentissement de mémoire d’homme entre 1980 et 1982, au cours duquel plus de deux millions d’emplois manufacturiers bien rémunérés ont été perdus, laissant un travailleur britannique sur dix au chômage.  Et pourtant, en juin 1983, Thatcher a remporté sa plus grande victoire électorale, remportant des sièges qui étaient solidement travaillistes depuis des générations.

Thatcher a rejeté la tendance récession-rejet pour deux raisons.  D’abord, elle a été le bénéficiaire improbable de la victoire dans la guerre des Malouines – une victoire remportée avec des navires qu’elle avait déjà condamnés à la casse.  Deuxièmement, le Parti travailliste s’était divisé, d’anciens ministres mécontents ayant créé le nouveau Parti social-démocrate.  Bien que le SDP n’ait pas réussi à remporter plus d’une poignée de sièges aux élections générales de 1983, il a recueilli suffisamment d’électeurs travaillistes pour empêcher le Parti travailliste de gagner des sièges.

...

 Comme en 2008, la tempête économique – qui, à mon avis, ne fait que commencer – est de nature mondiale (ou du moins occidentale).  Néanmoins, le gouvernement britannique a contribué à la crise en provoquant des confinements imprévus, puis en créant des milliards de nouvelles livres sans tenir compte de l’impact inflationniste.  Et puis, toujours sans préméditation, le gouvernement britannique s’est joint à la ruée vers l’imposition de sanctions sur les approvisionnements critiques en énergie et en minéraux, sans lesquels l’économie britannique aurait du mal à fonctionner – la fin de notre capacité à fabriquer de l’acier étant la conséquence la plus dommageable.  Tout comme le projet de carboneutralité maintenant condamné – parce que les sanctions ont également tué l’industrie éolienne européenne – les choses n’auraient peut-être pas été aussi mauvaises si le gouvernement avait été honnête sur le coût.  Bien qu’il soit plus probable que le gouvernement n’ait même pas pris la peine de demander quels pourraient être les coûts potentiels.

La gestion de la crise économique par le gouvernement n'a pas non plus joué en sa faveur sur le plan électoral.  Cela peut sembler désinvolte, mais c'est en fait le produit de deux formes d'inégalité liées entre elles et particulièrement prononcées au Royaume-Uni.  La première, et la plus évidente, est la fracture sociale symbolisée par notre Premier ministre milliardaire, entre une classe de cadres largement protégée et une majorité de plus en plus éprouvée. 

Deuxièmement, le fossé géographique entre les quelques enclaves prospères qui subsistent à Versailles-sur-Tamise et dans les banlieues verdoyantes des grandes métropoles universitaires et les régions de plus en plus déprimées de l'ancienne industrie, des bords de mer délabrés et des petites villes où vit la majorité de la population.  Plus ces divisions sont marquées, plus la communication entre les classes est difficile.  Ainsi, pour ne citer qu'un exemple, lorsqu'un ministre sourd proclame qu'une croissance de 0,1 % du PIB (qui n'est de toute façon rien d'autre qu'un emprunt supplémentaire) signifie que « l'économie a franchi un cap », la majorité - qui paie toujours plus pour des biens essentiels tels que le logement, l'énergie et la nourriture - comprend l'impossibilité de communiquer ses besoins à quiconque pourrait faire quelque chose pour les soulager.

 À ce stade-ci du jeu, la majorité de l’électorat est d’accord avec Oliver Cromwell:

« Vous êtes assis ici depuis trop longtemps pour le bien que vous faites. Au nom de Dieu, partez! »

(extrait)

https://consciousnessofsheep.co.uk/2024/05/03/broadly-toxic/

Le fait que des entreprises soient considérées comme ayant une importance stratégique nationale n'est pas tout à fait nouveau. Autrefois, il s'agissait d'aciéries, de chantiers navals, d'usines chimiques et d'aéronefs, plus tard de pétrole et de minerais, aujourd'hui d'entreprises telles que Microsoft et Google.

    Le problème, cependant, c'est qu'une grande partie de la « technologie » est discrétionnaire et qu'elle a la faiblesse supplémentaire de dépendre des recettes publicitaires et des abonnements, des économies faciles à réaliser pour les entreprises et les ménages aux prises avec des difficultés. Les énergies renouvelables et les constructeurs de véhicules électriques étant en perte de vitesse, les médias et les divertissements, y compris les médias sociaux, sont les prochains sur la liste. Viennent ensuite les loisirs, les voyages et l'hôtellerie.

Tim Morgan

Traduit avec DeepL.com (version gratuite)

"L’homme est fou. Il adore un dieu invisible et détruit une nature visible, inconscient que la nature qu’il détruit est le dieu qu’il devrait vénérer."

(Hubert Reeves)

Le film de Steven Spielberg se déroule, lui, un an plus tôt, en 1971. Meryl Streep et Tom Hanks incarnent la directrice de publication et le rédacteur en chef du même Washington Postà savoir la riche héritière Katharine Graham et le journaliste américain Benjamin Bradlee. Deux personnalités qui ont contribué à la publication des pages d'un rapport classé « secret-défense » au sujet de la guerre du Vietnam qui révélait que quatre présidents successifs (Truman, Eisenhower, Kennedy et Johnson) savaient, depuis trente ans, que l'armée américaine ne s'imposerait pas en Asie du Sud-Est.

Ce qui n'a pas empêché les États-Unis d'envoyer pendant des décennies sa jeunesse au casse-pipe, par fierté nationale.

https://www.lepoint.fr/pop-culture/pentagon-papers-est-il-l-heritier-des-hommes-du-president-24-01-2018-2189195_2920.php


Le boom de l’après-dépression aux États-Unis a été alimenté par de jeunes hommes travailleurs qui sont sortis des fermes pour travailler dans les usines et les usines. Ils étaient forts, ils travaillaient avec leurs mains depuis l’enfance, avaient une bonne éducation en mathématiques pratiques et en anglais et n’avaient pas peur de travailler 12 heures par jour.

Ces gens n’existent plus ici [...] et je le sais parce que le problème du recrutement dans les métiers et de la formation en apprentissage fait partie de ma vie professionnelle depuis plus de 20 ans.

J’ai siégé à des conseils provinciaux de formation en apprentissage, j’ai dirigé un centre de formation et j’ai recruté et embauché directement des apprentis… les bons sont extrêmement rares de nos jours

(un internaute)

Il est temps que l’Europe se rende compte, de manière réaliste, qu’elle devra faire cavalier seul. Les États-Unis ne veulent pas ou ne peuvent pas les aider.

Sans beaucoup de combustibles fossiles, l’Europe ne peut pas espérer faire grand-chose.

(Gail Tverberg, 18/02)

"Poutine a ainsi déployé ses réseaux de relais jusque dans nos démocraties qu’il haït depuis l’effondrement de l’empire soviétique dont il est un des pires produits. Poutine est un tueur qui bénéficie de relais jusqu’au sein de la société française, des relais qu’il soutient pour contribuer à déployer son « ordre » qui s’appuie sur la terreur. Emblématique de ces relais en lien avec le Kremlin, Marine Le Pen peut ainsi « regretter » le décès de Navalny sans faire aucune mention de son assassin qu’elle connaît pourtant si bien. "

Guillaume Ancel

https://nepassubir.fr/2024/02/17/poutine-ce-tueur-qui-desormais-nous-menace-tous/

Je m’attends à ce que les gouvernements de nombreux pays, notamment aux États-Unis, soient contraints de nationaliser les banques parce qu’il y aura trop de problèmes : l’immobilier commercial, les produits dérivés, les prêts automobiles.

(Gail Tverberg, 17/02)

Qui aurait pensé qu’une augmentation des taux d’intérêt ne permettrait pas de contrôler l’inflation provoquée par un grave épuisement des ressources énergétiques abordables ?

(commentaire internet)

Farrah Fawcett a joué un rôle déterminant dans ma conversion à l'athéisme…

J'ai prié plusieurs nuits quand j'avais 14 ans pour avoir une relation avec elle… cela ne s'est jamais produit… j'ai perdu la foi… pour toujours

(idem)

il est peu probable que la majorité se penche un jour sur la dimension mondiale ou nationale des problèmes systémiques, et encore moins sur la distinction entre les systèmes financiers et matériels qui les composent. Même s’ils avaient le temps, l’argent ou l’énergie, ce qui n’est pas le cas. La plupart veulent simplement être dirigés, y compris dans leur esprit critique. Où cela nous mène-t-il? Cela nous laisse au niveau local, où les gens peuvent ressentir et toucher les problèmes lorsqu’ils les traduisent individuellement...(Mark Stallard)

 

Il me semble aussi que nous n’en sommes qu’au point où les choses commencent à mal tourner. Peut-être cela suscitera-t-il un plus grand intérêt, comme cela s’est produit lorsque les krachs ont fait les manchettes.
(John Adams)

Je peux comprendre pourquoi le public ne s’intéresse pas beaucoup au « pic pétrolier », qui semble très sec et ennuyeux.

Mais qu’en est-il du pic des smartphones, du pic du tourisme, du pic des prix immobiliers, du pic de la publicité et des médias sociaux, dont aucun n’est si loin?
John Adams

 

La probabilité n'est pas nulle que cette année devrait barder du côté des températures.

La bourse se porte à merveille, mais est-il prudent d'approcher une bulle avec une aiguille ?

 

les partis politiques nationaux se révèlent avoir peu de pouvoir – la plupart reniant leurs engagements manifestes peu après leur élection, et s’en tenant presque toujours à la voie néolibérale établie par le gouvernement précédent… C’est pourquoi un nombre croissant d’électeurs dans les États occidentaux considèrent les partis de l’establishment comme de simples ailes d’un parti uni qui leur est viscéralement hostile. (Tim Watkins)

Vivre dans l'ignorance ou le deni apporte un certain confort.

Je ne sais pas si vous en avez entendu parler aux États-Unis, mais il y a une grande protestation des agriculteurs dans toute l'Europe.


Le principal problème pour moi, même s’ils essaient de le peindre de milliers de façons différentes, c’est le diesel.


Le problème est encore pire aujourd’hui avec la guerre avec la Russie.


Je trouve étrange que la plupart des gens et des journalistes passent à côté de ce point ou aient appris à ne pas comprendre à quel point le diesel est fondamental pour la société et d'où il vient. (internaute sur le blog Tverberg)

Il est difficile pour les gens de voir comment fonctionne l’économie auto-organisée. L’UE ne peut pas se permettre d’importer beaucoup de diesel et d’autres produits énergétiques.

L’UE ne produit pas grand-chose pour l’exportation ; sa structure de coûts est trop élevée. Le niveau de vie est trop élevé par rapport à ce qu’il produit à partir des combustibles fossiles qu’il importe. Elle ne produit pas suffisamment de combustibles fossiles.

Il faut éliminer quelque chose. Les gouvernements pourraient se rendre compte que ce ne peut pas être le cas des agriculteurs, mais cela signifiera que d'autres groupes paieront des impôts plus élevés ou n'obtiendront pas les avantages escomptés. Par exemple, les retraites des retraités pourraient être réduites, ou le financement des universités ou les subventions à l’électricité pour les consommateurs. (Gail Tverberg)

Si nous réduisons la consommation d’énergies fossiles de quelques millions de barils/jour pour reporter le  "Peak Oil" pour une durée indéterminée, l’avenir n’est pas nécessairement un monde Mad Max. Mais nous sommes au début, comme les frères Wright. (quark)

Je dis ici depuis un certain temps que nous sommes collectivement incapables de composer avec la réalité des limites matérielles. Une croissance économique infinie sur une planète finie n’est pas possible. Toutes les ressources de la Terre sont, en fin de compte, finies, et l’une de ces ressources finies est la capacité de l’environnement à tolérer les effets de nos activités.

(Tim Morgan)

Les BRICS  pourrait offrir la dernière possibilité de développer des sources d'énergie viables et plus denses en énergie plutôt que les escroqueries du complexe vert-industriel dont l'Occident a été dupé au cours des dernières décennies.  Car il est de plus en plus évident que les États occidentaux sont incapables de faire face à la série de crises de dépassement qui nous assaillent actuellement.

Il se pourrait bien que la seule question qui reste à résoudre soit celle de savoir si l'empire américain s'effondrera lentement, comme l'ont fait les empires britannique et français, ou s'il suivra la voie soviétique et s'effondrera de manière soudaine et inattendue. (Tim Watkins)

"les ruptures d'approvisionnement avant covid étaient de 2 % environ. Lors du covid, le taux a monté à 10/12 %..depuis, il a du mal à redescendre, disons 7/8 %... (Schelcher, Systeme U)

En 2023, il a brûlé au Canada l'équivalent de toutes les forêts françaises (Presse)

L’Allemagne apprécie actuellement un avant-goût de ce qui se passe lorsque vous déconnectez votre économie des hydrocarbures bon marché et des ressources minérales. Et là où va l’Allemagne, l’Europe dans son ensemble suivra sûrement. Et le Royaume-Uni dépendant des importations, avec sa dépendance excessive au système Ponzi de la ville de Londres, ne pouvant plus produire suffisamment de charbon, de pétrole et de gaz, ni construire des parcs éoliens et des centrales nucléaires dans un délai pratique, sera le plus durement touché.

Mais tant que nous continuerons à considérer l’économie à travers un cadre financier (et à assimiler le profit uniquement à la cupidité), nous ne parviendrons même pas à comprendre pourquoi les choses s’effondrent, encore moins comment atténuer ce qui s’en vient

https://consciousnessofsheep.co.uk/2024/01/16/but-profit-sort-of-matters/

 

"D'ici 2030, les centrales à gaz nécessaires à l'Allemagne pour fermer les centrales à charbon manquent d'un financement public de 60 milliards d'euros...

Et après, il faudra les convertir à l'hydrogène...

Finalement, le nucléaire, ce n'est pas si cher..."

(Nicolas Goldberg)

"En Espagne, la grande majorité de la classe moyenne-inférieure arrive à peine à la fin du mois, après l’inflation des deux dernières années. Vous pouvez vous permettre une voiture fossile d’occasion de 2000-3000 euros, que vous n’avez pas à charger dans votre garage. Passer de cette voiture à une autre de 30000 euros avec chargeur à la maison ou dans le garage est un saut impossible pour le moment (et pour plusieurs années). Je voudrais savoir ce que sera cette "transition" en Espagne et dans le reste du tiers monde, qui ne sont pas précisément "riches".

(Quark)

"La pulvérisation des élites anglaises est terrible. L'Angleterre est encore moins puissante que la France. Les Anglais n'ont pas vraiment l'arme nucléaire. Ils ne sont même pas capables de se faire détester en Afrique, comme nous. Les classes dirigeantes anglaises étaient un modèle pour les classes dirigeantes américaines. La folie belliciste actuelle des Anglais a certainement eu une très mauvaise influence sur les Américains." (Emmanuel Todd)

"Le Royaume-Uni est beaucoup plus proche du bord de la falaise que la plupart des gens ne le pensent"..."Le modèle économique du Royaume-Uni est un échec. C’est tragique. Tout – NHS, pollution de l’eau, infrastructure, etc. – semble s’effondrer en même temps. Le modèle est une combinaison de « tout est potentiellement à vendre (aux investisseurs étrangers) » et « nous pouvons continuer sur une vague de crédit tant que nous pouvons garder les prix de l’immobilier gonflés »...Le dollar est « la chemise la moins sale du panier à linge ». Cela étant, je pense que nous devons garder un œil sur certains des plus faibles, dont, en Occident, le plus évidemment à risque est le livre sterling." (Tim Morgan)
"Depuis la naissance des États-Unis (1776) jusqu'en 2008, la dette publique a atteint 9 000 milliards de dollars. De cette année-là jusqu'en 2023 (c'est-à-dire seulement 15 ans), la dette est passée de 9 000 milliards de dollars à 34 000 milliards de dollars. Peut-on considérer cela comme normal ?" (Quark)

"10 ou 12 ans de taux zéro ou négatifs, suivis d'une remontée brutale à 5 %, ne peuvent que déboucher sur une crise grave. Si, en plus, comme terreau, nous avons des comptes terriblement endettés, le résultat est un véritable krach.


    Et si les banques centrales tentent de couvrir leurs pertes en faisant tourner la planche à billets, la perte de confiance dans le système sera irréversible. Les citoyens occidentaux peuvent être conformistes et ne pas y penser, mais il est déjà très clair que le reste du monde ne veut pas de faux dollars ou de faux euros."

(commentaire internet)

"Ce que j'aime le plus dans notre pays, c'est qu'on a beau avoir : - un déficit commercial record - des indicateurs avancés de l'économie en chute libre (PMI) - des défaillances au niveau de la crise financière Bruno Le Maire écume les média pour expliquer que tout va bien"

"Avec 4200 défaillances de PME ces 12 derniers mois soit 20 par jour, nous sommes revenus au niveau d'août 2014 quand Emmanuel Macron a remplacé Arnaud Montebourg comme Ministre de l'Economie. La baisse du prix du pétrole, du gaz et de l'électricité avait alors donné de l'oxygène à nos PME. "

"La vérité qui dérange le gouvernement : le niveau de défaillances de nos PME est proche du record de la crise financière de 2008 avec presque 400 défaillances par mois."

https://fr.linkedin.com/posts/nicolasmeilhan_ce-que-jaime-le-plus-dans-notre-pays-cest-activity-7142224870112731136-MqTi

 

 

 

    "S'il y a eu un tournant dans l'évaluation des États-Unis par la Chine, il pourrait se situer dans la crise financière de 2008 et ses conséquences. Tout en continuant à respecter notre puissance militaire, la Chine a commencé à considérer les États-Unis comme un système en faillite, avec une économie lourdement endettée et un gouvernement dysfonctionnel, susceptible d'être remplacé en tant que leader mondial". (général Wesley Clark, 2014)

    https://www.nytimes.com/2014/10/11/opinion/sunday/getting-real-about-china.html

Un paradoxe surprenant : l’énergie solaire dans le désert nécessite de grandes quantités d’eau, qui n’existe pas

L’énergie solaire dans les zones désertiques présente un paradoxe surprenant : elle nécessite de grandes quantités d’eau pour son entretien. Ce qui remet en question son étiquette « durable ».

Pourquoi est-ce important ?

Cet entretien des infrastructures photovoltaïques gourmand en eau dans les zones désertiques révèle un dilemme crucial dans la transition énergétique durable. Il met en évidence à quel point des ressources essentielles telles que l’eau et l’énergie sont inextricablement liées et comment cette relation peut influencer l’empreinte environnementale des technologies vertes.

La poussière et le sable nécessitent un nettoyage régulier

https://fr.businessam.be/un-paradoxe-surprenant-lenergie-solaire-dans-le-desert-necessite-de-grandes-quantites-deau-qui-nexiste-pas/

 

 
En moyenne, l'extraction d'un baril de pétrole émet 40 kg de CO2. Ensuite, l'utilisation des 159 litres de pétrole de ce baril génère encore 400 kg de CO2.
 
(2000 watts)
 
 

Il faut énormément de pétrole pour acheminer des marchandises vers la Nouvelle-Zélande. Le prix du pétrole était très bas au cours de la période 1998-2001, de sorte que le coût du transport des marchandises et des personnes vers la Nouvelle-Zélande n'était pas très élevé. Maintenant que le prix du pétrole est beaucoup plus élevé, les coûts de transport vers et depuis la Nouvelle-Zélande (humains et biens) sont beaucoup plus élevés. Ce problème a touché de manière disproportionnée les îles lointaines qui doivent importer une grande partie de ce qu’elles consomment et qui doivent s’efforcer d’exporter leurs produits finis dans le monde entier. L'ensemble du système est beaucoup moins rentable.

C’est la raison pour laquelle la Nouvelle-Zélande s’en sort si mal. La Nouvelle-Zélande est véritablement à la « périphérie ». Alors que l’économie mondiale doit se replier sur son noyau dur, la périphérie, y compris la Nouvelle-Zélande, est très menacée.

 
Walter Haugen dit :

"L'agriculture industrielle n'est pas efficace. La taille moyenne d'une ferme américaine est de 455 acres (National Ag Statistics Service) et nourrit 166 personnes (American Farm Bureau). Cela représente 2,74 acres pour nourrir 1 personne. Lorsque j'étais maraîcher, je cultivais suffisamment de nourriture pour nourrir 3,0 à 3,5 personnes sur 1 acre (4 000 m²) avec seulement 10 gallons ou moins d'essence pour mon motoculteur et mon désherbant. Une fois l’effondrement accéléré, de plus en plus de personnes cultiveront des aliments manuellement et avec de petites quantités de combustibles fossiles. Cela se fera sans chevaux ni bœufs. Vos autres points sont bons cependant."

Israël/Hamas :

"Pour le moment, nous n'avons pas les dirigeants d'un calibre adapté à l'objectif. Le défi est XXL, et nos dirigeants sont de taille M."

(Ehoud Barak, 81 ans, est l'un des militaires les plus décorés de l'histoire d'Israël et une figure de la vie politique nationale. Ancien des forces spéciales, il a mené des opérations de libération d'otages, comme en 1972 à Tel-Aviv ou à Entebbe, en Ouganda, en 1976. Il devient chef d'état-major de Tsahal en 1991) (Le Point, 7/12)

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

"La capitalisation boursière des sept grands (Apple, Microsoft, Google, Amazon, Nvidia, Facebook, Tesla) s'élève à près de 12 000 milliards de dollars. Le PIB mondial est d'environ 97 000 milliards de dollars. Par conséquent, la valeur de ces entreprises en bourse représente 12 % du PIB mondial.

Cela nous donne une idée de la formidable surévaluation associée au cybermonde, dans ces sept entreprises. La maturation de la civilisation actuelle fait que les services non essentiels sont surévalués, au détriment de l'énergie, de l'agriculture et de l'industrie"

(Quark, 7/12)

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article