matières premières : sombres prévisions

Publié le par ottolilienthal

 

Philippe Chalmin, qui publie chaque année le Cyclope, ouvrage de référence pour ceux qui suivent l'évolution des cours des matières premières, ne voit pas de sortie de crise poindre à l'horizon.


"La crise de 2008 n’est pas terminée, martèle Philippe Chalmin, directeur du Cyclope, l’ouvrage de référence sur les marchés des matières premières qui sort aujourd’hui. Au contraire le monde a connu en 2008 une nette rechute et les espoirs de reprise facile ont été balayés."

 

Au pupitre de la salle de l’Automobile Club, Philippe Chalmin s’enflamme et fait assaut de rhétorique pour décrire 2012 comme une année de "Crises et châtiments" avec les inévitables conséquences des crises que sont le chômage, la faim, la malédiction des matières premières et même le changement climatique. Le constat est amer : "l’activité économique mondiale a poursuivi en 2012 sa lente décélération". Même les Etats-Unis, qui affichent des indicateurs légèrement positifs, sont décevants "lorsqu’on tient compte de l’ampleur des politiques de relance mises en œuvre par les autorités fédérales et la Fed".

 

Les gaz de schiste ont bouleversé la donne énergétique mondiale


Le rapport souligne l’extraordinaire mutation des marchés des matières premières qui est se produit sous nos yeux. A titre d’exemple, explique Philippe Chalmin, "le marché de l’énergie est tiré par deux objectifs contradictoires, le désir d’une énergie renouvelable et celui d’une énergie décarbonée. Malheureusement, l’arrêt du nucléaire se fait au profit de centrales au gaz ou au charbon, fortement émettrices de CO2".

 

En Europe, pourtant la zone du monde la plus avancée en matière de transition énergétique "bas carbone", le charbon a été l’énergie phare en 2012. "Eh oui, souligne Philippe Chalmin, en raison de l’exploitation des gaz de schiste outre-Atlantique, les Etats-Unis sont excédentaires en charbon. Ce dernier est exporté vers l’Europe, l’Allemagne en particulier."

Cette arrivée des gaz de schiste ainsi que les nouvelles ressources en hydrocarbures au Canada et au Brésil sont en train de modifier la carte mondiale de la production de pétrole, à tel point qu’on peut s’attendre à une redistribution des flux commerciaux: le pétrole moyen-oriental n’ira plus vers l’Amérique mais sera massivement orienté vers l’Asie. L’AIE prévoit même que les Etats-Unis seront les premiers producteurs de pétrole en 2020!

 

Les Chinois ont délibérement sacrifié leur environnement


L’autre grande mutation est alimentaire. Le cas chinois est spectaculaire. "La Chine a sacrifié son environnement, explique Xiaoqi Yang, correspondant du Cyclope en Chine, c’est le tristement célèbre brouillard de Pékin. Nous avons choisi la croissance économique pour avoir une stabilité sociale. Du coup, la pollution entraîne une diminution des terres exploitables et une augmentation des importations alimentaires."

 

La preuve? La Chine importe 60% du soja mondial. Elle achète massivement à l'étranger de la viande, qu’il s’agisse de bœuf, de poulet, de porc. La production mondiale de viande a d’ailleurs doublé depuis 1986. Et si la Chine a tant besoin d’importer, c’est avant tout parce qu’elle est loin de l’autosuffisance alimentaire.

 

Impossible, enfin, de parler de viande sans mentionner le cheval. Le Cyclope consacre donc une page à la question des lasagnes au cheval et relève que la "tromperie aurait concerné 750 tonnes de viande, soit 0,001% des viandes consommées en Europe".

 

Mais la grande question est évidemment de savoir si l’année 2013 sera celle de la grande dépression ou si on peut espérer une amélioration. La réponse repose sur deux grandes inconnues: la Chine et le climat. Philippe Chalmin reconnaît que l’empire du milieu, après trois décennies de croissance ininterrompue pourrait connaître quelques soubresauts. Il parie pourtant sur une croissance proche de 9% en 2013. Pas de quoi enterrer la crise mais c’est au moins une bouffée d’optimisme. 

 

Cyclope - Les Marchés Mondiaux - Crises et châtiments, est un ouvrage collectif sous la direction de Philippe Chalmin publié aux Editions Economica. 738 pages, 139 €

 


Paul Loubière

 

http://www.challenges.fr/economie/20130514.CHA9383/les-sombres-previsions-du-plus-grand-expert-des-matieres-premieres.html

Commenter cet article