animaux pas commodes...

Publié le par ottolilienthal

Tortues, lézards, serpents : attention danger

 

Ces "animaux de compagnie" sont porteurs de bactéries susceptibles d'être transmises, dont la salmonellose, même en l'absence de contact direct.

 

 

Ni "encombrants" ni bruyants, ne nécessitant pas de soins spécifiques au quotidien, les tortues, les serpents ou les lézards sont souvent appréciés des enfants ou des ados comme animaux de compagnie". En cédant, les adultes ne savent pas toujours - et même assez rarement - qu'ils peuvent faire courir un risque d'infections potentiellement graves à leur progéniture, particulièrement aux moins de 5 ans. Deux études* publiées mardi matin dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) le prouvent.

 

Toutes deux insistent sur le risque de salmonellose. Le contact avec les reptiles est une source de transmission de Salmonella bien connue des spécialistes, des cas d'infection à cette bactérie transmise par des reptiles domestiques ont été décrits dès les années 1960. Les auteurs de la première étude ont analysé les cas de salmonellose chez les jeunes enfants consécutifs à une exposition aux reptiles depuis 1993.

 

Ce travail a permis d'identifier 871 cas de salmonellose liés à une exposition aux reptiles sur cette période de vingt ans : 77 infections isolées et 794 épidémiques. "Les cas isolés rapportés étaient majoritairement des gastro-entérites (69 %) - qui, comme la salmonellose, se manifestent par des diarrhées et de la fièvre - et 31 % étaient des infections autres que digestives", notent-ils. "Ces infections à Salmonella sont parfois graves, notamment chez les enfants de moins d'un an, avec une létalité non négligeable (4 décès rapportés)." Ils concluent naturellement que l'exposition aux reptiles est "à déconseiller chez les jeunes enfants par mesure de précaution".

 

Des parents peu informés

 

Devant ce risque, plusieurs pays ont d'ailleurs mis en place des mesures de contrôle et des recommandations. Les États-Unis, par exemple, déconseillent l'achat d'un reptile aux familles ayant un enfant de moins de 5 ans et leur suggèrent de trouver un nouveau foyer pour leur animal lors de l'arrivée d'un nourrisson à la maison. En France, il n'existe pour l'instant aucune recommandation, alors qu'un peu plus de 3 % des foyers possédaient un reptile (essentiellement des tortues) en 2012. Les parents sont généralement peu informés.

 

Et c'est ce que montre bien la seconde étude publiée dans le BEH réalisée en 2012. Les auteurs se sont penchés sur les cas d'enfants de moins de 5 ans atteints de salmonellose dont le diagnostic a été confirmé par le Centre national de référence des Salmonella et dont l'infection était due à un type de bactérie connu pour être porté par les reptiles. Les parents des jeunes malades ont été interrogés par téléphone avec un questionnaire sur les symptômes, leur survenue dans l'entourage du malade, les voyages récents et les contacts avec des animaux.

 

Au total, 13 des 41 enfants inclus (soit un tiers) avaient été exposés à des reptiles, dont un par contact direct. Deux enfants ont même présenté une méningite. Chez l'un de ces deux cas, le même type de Salmonella a été identifié chez le patient et chez son lézard domestique. Les animaux les plus fréquemment incriminés étaient les iguanes et les tortues, perçus comme "peu dangereux" en raison de leur petite taille, soulignent les chercheurs, qui rappellent la possibilité de contamination des enfants même en l'absence de contact direct (via les mains d'un adulte). Mais seule une famille sur les treize ayant eu un enfant contaminé connaissait le risque avant l'apparition de la maladie.

 

* Réalisées par des chercheurs de l'Institut de veille sanitaire (InVS), de l'Institut Pasteur, de la Direction générale de l'alimentation et de l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses).

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article